identité nationale

mardi 28 mars 2017

accueil - livre "Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?", Daniel Lefeuvre et Michel Renard (Larousse)

Identit__nationale_couv_d_fvg135

sommaire de ce blog

1 - le livre, les auteurs
2 -
revue de presse *** CE QU'EN DIT LA PRESSE
3 -
iconographie
4 - bibliographie
5 -
textes sur l'identité nationale
6 -
identités de la France
7 -
patrimoine et lieux de mémoire
8 -
controverses sur l'identité nationale
9 -
La Marseillaise
10 - politiques de l'identité nationale

11 - Québec : identité française d'Amérique
12 - sur la Résistance (1940-1944)

*** liste de TOUS les articles ***

logo_Google
- recherche Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?
sur Google

**
article le plus récent : 2 novembre 2010 **

blog ouvert le 6 septembre 2008
**
index des noms propres cités dans le livre **
**
références des citations du livre Faut-il avoir honte de l'identité nationale ? **
-
COMMANDER LE LIVRE
-
** réponse à Houria Bouteldja qui dit que l'État-nation l'emmerde...
Resistance
** réponse à Thomas Wieder sur le musée de l'histoire de France
** réponse à Emmanuel Raveline sur l'Europe et l'identité nationale
** réponse à Esther Benbassa qui dit que l'identité nationale est un "leurre"
___________________________________

 

 

Faut-il avoir honte

de l'identité nationale ?

Daniel Lefeuvre, Michel Renard

Dans la plus ancienne nation d'Europe, l'identité nationale n'a plus la cote.

Il n'est question que "d'identité fantasmée", de "mythe national", "d'intolérance culturelle", de "xénophobie d'État". On écrit que la "nation porte la guerre en son sein comme la nuée porte l'orage", selon une fausse citation de Jaurès sur laquelle nous reviendrons. On affirme que c'est la "droite qui, depuis un siècle, a toujours privilégié le national contre une gauche rassemblée autour du social", etc.

Ceux des Français qui tiennent la notion d'identité nationale pour autre chose qu'une pathologie développeraient une ringardise du national, une obsession des origines, voire un racisme honteux. Il faudrait sacrifier toute fierté d'être Français et se défaire d'une "construction" de l'histoire de France, fruit des idéologues d'une Troisième République qui, par "bourrage de crâne patriotique", aurait envoyé au massacre des millions d'hommes, un beau soir d'août 1914.

Nous refusons cette dévaluation arbitraire de la notion d'identité nationale comme si, tout au long de l'histoire, elle n'avait eu qu'une seule signification. Nous refusons la mise en accusation, quelque peu paranoïaque, d'une prétendue machine républicaine qui ferait violence à la "France plurielle et métissée", en lui inculquant une "identité" qui ne serait pas la sienne.

Nous contestons la dévalorisation, sans examen historique, d'un héritage qui a enfanté l'humanisme de Montaigne, le rationalisme de Descartes, la résistance au fanatisme chez Voltaire, le souffle de Hugo. Mais aussi la Révolution française et la République, le courage de Gambetta, le choix absolu de la justice chez les dreyfusards, l'héroïsme des tranchées et les sacrifices de la Résistance. Avec Simone Weil, nous disons que l'amour du passé n'a rien de réactionnaire.

Daniel Lefeuvre et Michel Renard, éditions Larousse
en librairie depuis le 3 novembre 2008

Identit__nationale_couv_d_f

table des matières du livrele_conventionnel_Milhaud

Introduction
1 - Est-il suspect de parler d'identité nationale ?
2 - La France d'avant la France
3 - Jeanne d'Arc était-elle française ?
4 – Identité française et Grande Nation
5 - Faut-il dénationaliser l'histoire de France ?
6 - L'identité nationale et les historiens
7 - L'identité nationale est-elle toujours de droite ?
8 - Peut-on être français sans parler le français ?
9 – L'immigration est-elle un danger pour l'identité nationale ?
10 – L'islam menace-t-il l'identité nationale ?
Conclusion

Van_Gogh_terrasse
Vincent van Gogh

____________________________________________________



Estienne_d_Orves

Honoré d'Estienne d'Orves, lieutenant de vaisseau, rallie De Gaulle en juillet 1940 et obtient d'être envoyé en France occupée ; parti sur le Marie-Louise, bateau de pêche armé par des pêcheurs bretons, il débarque le 22 décembre 1940 aux environs de la pointe du Raz et devient l'un des premiers animateurs de réseaux de résistance ; trahi, il est arrêté le 20 janvier 1941 ; il fut exécuté par les nazis le 29 août 1941 :

"Notre fierté d'être Français est basée sur la conscience de nos droits, sur les souvenirs de notre histoire, et non sur la conscience d'une supériorité innée. Ce sentiment qui nous unit, ce n'est pas la race, c'est la nation constituée au cours des siècles, avec au départ des races différentes. C'est un ciment de la raison qui est de devenir celui du cœur et qui n'en est pas moins fort."

cité in Honoré d'Estienne d'Orves, un héros français, Étienne de Montety, Perrin, 2001, p. 294.

 

- retour à l'accuei

Posté par michelrenard à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


mercredi 11 mai 2016

un article de Yvan Blot (2009) découvert tradivement

Faut-il avoir honte couv

 

 

Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?

Un livre sans connotation idéologique

Yvan BLOT (2009)

 

 

Dans le numéro 72 de Politique Magazine (mois de mars), Yvan Blot propose la note de lecture suivante à propos de l'ouvrage de Daniel Lefeuvre et Michel Renard (1) :

____________

 

Ce petit livre courageux de deux enseignants remet bien des idées en place. Avec d'abord cette citation de la philosophe Simone Weil dans l'introduction : "...Nous ne possédons d'autre vie, d'autre sève, que les trésors hérités du passé et digérés, assimilés, recréés, par nous... L'amour du passé n'a rien à voir avec une orientation politique réactionnaire."

Les auteurs ne sont pas conservateurs, ils aiment la France, son patrimoine et son histoire, des croisades aux guerres révolutionnaires. L'identité nationale est la conscience de l'appartenance à une communauté, mais aussi un substrat historique, dont ils font remonter les origines à Jeanne d'Arc et même plus loin, au partage de Verdun en 843, lorsque l'héritage de Charlemagne fut divisé entre Charles le Chauve, dont les terres constituèrent la future France, et Louis le Germanique, dont la Francia Orientalis donna naissance à l'Allemagne.

 

Ni de droite ni de gauche

Aussi le sentiment national n'est-il ni de droite ni de gauche mais devrait être commun à tous les français.

Pour Lefeuvre et Renard, la langue française est le socle de notre identité, surtout depuis la fin de la monarchie. Très logiquement, ils abordent ensuite la question de l'immigration, démontrant l'impasse à laquelle aboutit le multiculturalisme tant vanté dans nos sociétés occidentales, qui n'aiment rien tant que de scier la branche sur laquelle elles sont assises. Or, même un Claude Lévi-Strauss pense qu'il faut défendre les particularismes culturels.....

Et comment évoquer ce sujet sans s'interroger sur la place de l'Islam face à notre identité nationale ? Pour les auteurs, le rôle de la nation est d'assimiler les éléments nouveaux, sous peine de s'autodétruire. Mais cela ne doit pas être au prix du renoncement à notre être historique propre, car, comme le rappelait déjà Rousseau, il est facile d'aimer "les tartares pour être dispensé d'aimer ses voisins". La sagesse ecclésiale l'avait affirmé bien avant lui : "charité bien ordonnée commence par soi-même" et permet après d'aider les autres...

Appliquant ce principe à leur domaine, celui de l'Éducation nationale, nos deux professeurs estiment que les élèves doivent obéir aux lois existantes, qui ne sont pas négociables, et que les enseignants sont là pour les encadrer et les protéger, et non pour se soumettre à leur diktat.

Un livre sans connotation idéologique d'auteurs qui aiment leur pays et ont les pieds sur terre !

Yvan Blot

Yvan Blot photo

 

(1) Faut-il avoir honte de l'identité nationale ? de Daniel Lefeuvre et Michel Renard. Larousse, Collection À dire vrai, 190 pages, 9,90 euros.

source

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 juillet 2011

laïcité, identité nationale

Image-4-copie-20

 

la laïcité pour identité nationale

 

Excellente réflexion : http://sonja.flusin.over-blog.com/article-la-laicite-pour-identite-nationale-78546165.html

 

- retour à l'accueil

 

Posté par michelrenard à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 1 décembre 2010

pas d'éducation à la citoyenneté sans mémoire collective

822


le Québec n'existe plus !

Mathieu BOCK-CÔTÉ


2,2% par année ! C’est le nombre d’étudiants du niveau collégial qui suivent un cours d’histoire du Québec, selon la fondation Lionel-Groulx, qui vient de publier une étude sur la question. Le résultat est évidemment désastreux. On ne peut pas dire pour autant qu’il soit surprenant. Car l’enseignement de l’histoire n’est plus à la mode. Ni au primaire, ni au secondaire, ni au collégial.

Notre société n’explore le passé que pour confirmer par effet de contraste à quel point le présent lui est supérieur. Pour plusieurs, l’enseignement de l’histoire n’a pas d’abord pour vocation de la comprendre, mais de féliciter grossièrement la société actuelle, de lui décerner un certificat d’ouverture, de supériorité morale. On étudie le passé pour se réjouir de ne plus y être enfermé.

Mais le problème est plus profond. Car à bien voir, lorsque l’histoire est présente, c’est le Québec qui est absent. Comme s’il s’agissait d’une histoire insignifiante. On l’a non pas complétée, mais remplacée par l’histoire des civilisations lointaines. Au nom de la mondialisation, de l’ouverture à la diversité ? C’est ce qu’on dit.

J’y vois plutôt une forme d’exotisme obligatoire qui domine une école résolue à fabriquer à la chaîne des citoyens du monde. Ce que j’en pense ? Citoyens du monde mon œil. Citoyens de nulle part. On se demande pourquoi une partie importante de la jeunesse déserte son devoir civique. Les pédagogues du vivre-ensemble cherchent à bricoler une solution en disant que voter, c’est cool, c’est festif.

avant de participer à la vie publique, encore faut-il savoir

quelle collectivité on appartient

Sottise :  c’est plutôt le caractère solennel du vote qu’il faudrait rappeler, l’individu devant s’élever de temps en temps à la grandeur du citoyen. Mais avant de participer à la vie publique, encore faut-il savoir à quelle collectivité on appartient. C’est ici que l’enseignement de l’histoire devrait jouer son rôle en cultivant le sentiment d’appartenance au Québec, en faisant en sorte que les jeunes générations ressentent une solidarité avec celles d’hier.

On parle beaucoup d’éducation à la citoyenneté ces années-ci. Une telle éducation tournera à vide si elle ne repose pas d’abord sur une mémoire collective nous rappelant que nous sommes héritiers d’une expérience historique à poursuivre. L’école québécoise n’est plus capable de transmettre la culture. Pire, elle ne le désire plus. Elle veut nous adapter à notre présent, nous préparer à l’avenir, nous faire aimer la planète, nous faire chanter les louanges de la mondialisation. Elle a oublié de nous faire aimer le Québec.

Mathieu Bock-Côté
source

______________________________


Entièrement d'accord avec toi, Mathieu. Nous avons avons expliqué cela dans notre livre avec Daniel Lefeuvre, Faut-il avoir honte de l'identité nationale ? (Larousse, 2008)

9782035837066

Michel Renard


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 2 novembre 2010

Jacques Le Goff et l'histoire nationale

623769


l'oeuvre de Jacques Le Goff

plaide contre la pétition qu'il a signée

Michel RENARD

 

Neuf historiens ont signé une tribune dans Libération (21 octobre) contre le projet "dangereux", selon eux, d'une Maison de l'histoire de France annoncé par Nicolas Sarkozy en septembre. Ils dénoncent "une histoire centrée avant tout sur l'État-nation et les grands hommes, à la recherche de l'âme et des origines de la France".

Parmi ces signataires se trouve le célèbre médiéviste Jacques Le Goff. Comment Jacques Le Goff a-t-il pu approuver ce texte alors qu'il y a quelques temps encore il affirmait : "la France doit valoriser son histoire" (entretien accordé à l'hebdomaire protestant Réforme en 2007) ? http://www.reforme.net/dossiers.php?id=3.

Il y dit encore : "C’est dans cette histoire et ce cadre que se situe la question de l’immigration" ; ou encore : "L’école reste la clef pour retisser le corps social et le sentiment national".

Dans le dictionnaire La Nouvelle histoire (1978) qu'il dirige, Jacques Le Goff signe lui-même la notice "l'histoire nouvelle" où il explique que "la France est le seul des pays modernes à avoir une tradition historiographique ancienne et continue, liée aussi bien aux centres du pouvoir politique et idéologique (monarchie, Église) qu'à l'évolution sociale (histoire nobiliaire, histoire bourgeoise) et à la formation précoce du sentiment national entre le XIIe et le XIVe siècle" (p. 227). Pourquoi ne pas adosser à ces affirmations la philosophie de la Maison de l'histoire de France...?

L'État-nation est une réalité historique française admise par toute l'école historiographique nationale depuis l'École des Annales (Marc Bloch et Lucien Febvre) jusqu'aux Lieux de mémoire de Pierre Nora et aux travaux de Colette Beaune (Naissance de la nation France, 1985) ou ceux d'André Burguière et Jacques Revel (Histoire de la France, 1989-1993).

9782070703890

En rendre compte n'a rien d'illégitime intellectuellement. On peut exposer l'histoire nationale sans la noyer dans l'histoire européenne ni dans l'histoire mondiale (mais pas sans les ignorer non plus, évidemment) comme voudraient nous en convaincre les pétitionnaires militants.

Aujourd'hui, les historiens qui pétitionnent ne font que de la politique étroitement partisane – c'est leur droit – mais ils violent aussi un héritage historiographique qu'ils n'ont jamais démenti scientifiquement.

Michel RENARD

1054169_4579972


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mercredi 28 juillet 2010

vue du Canada : la discrimination positive

39521_3


La discrimination positive est un scandale

Mathieu Bock-Côté

Si le gouvernement conservateur a mauvaise réputation au Québec, on ne saurait toutefois lui contester ses initiatives les plus valables. La remise en question de la discrimination positive en est assurément une.

Un mot d’abord sur la vision de la société des partisans de la discrimination positive. Selon eux, la société occidentale serait un système d’exclusion raciste et sexiste. Une «majorité blanche» exercerait son hégémonie sur les grandes institutions et les «minorités» seraient ghettoïsées, ­marginalisées. Pour corriger cette situation, on privilégiera l’embauche de représentants des «minorités», ce que ­permettrait la discrimination positive.

Mais ce langage faussement vertueux masque un véritable scandale. Une femme d’Ottawa l’a récemment découvert. Un emploi pour lequel elle voulait postuler était réservé à certains groupes ethniques. Du simple fait qu’elle était « lanche», elle en était formellement ­exclue. Ainsi, la personne appelée à occuper ce poste aura d’abord pour fonction d’y représenter son groupe ethnique plutôt que d’y performer. Adieu l’excellence!

Résumons la chose ainsi : vous souhaitez un poste pour ­lequel vous êtes remarquablement qualifié ? Mais vous vous appelez Pierre Tremblay ? Ou John Smith ? Pas de chance! Vous n’aurez pas ce poste car vous êtes coupable d’appartenir à la majorité. Comme le disait récemment Anne Lauvergeon, la présidente de la grande entreprise française Areva, «compétence égale, on choisira autre chose que le mâle blanc». Il ne faut pas se laisser berner par la «compétence égale » qui n’est que cosmétique. Évidemment, si vous protestez, on vous accusera de ­racisme.

La discrimination positive réduit la justice sociale à un bête système de quotas ethniques et sexuels qui trie les individus selon leurs origines plutôt que selon leurs mérites. Mais à vouloir faire correspondre la distribution des postes à un fantasme statistique qui relève du multiculturalisme victimaire, c’est la liberté de chacun qui régresse, le bien commun qui écope et la société qui se fragmente.

La discrimination positive est malfaisante. Si je suis malade, je ne voudrai pas me faire ­soigner par un médecin blanc, noir ou mauve, mais ­simplement par un excellent médecin. En toutes circonstances, c’est la compétence qui devrait prévaloir. C’est aussi l’avis de la majorité silencieuse. Il était temps qu’on l’entende.

Mathieu BOCK-CÔTÉ
source

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 13 janvier 2010

La France n'est pas une page blanche sur laquelle des utopistes en serre chaude écriraient à la hâte le mot «citoyenneté»

burg1
les "pays", au sens braudélien du terme


Identité nationale :

le vrai débat n'aura pas lieu !

Denis TILLINAC

Le débat sur l'identité nationale n'aura pas lieu. Les politiques, les journalistes, les intellos prennent des positions le plus souvent manichéennes sur le mode d'intégration de nos compatriotes arabo-musulmans ou africains. Faut-il tolérer la burqa ? Laisser pointer des minarets ? Régulariser les sans-papiers ? Subventionner les banlieues où çà chauffe ?

On se gargarise de gros mots («laïcité, valeurs républicaines, citoyenneté»), on mobilise grotesquement des parias de l'histoire (Pétain, Déat, Laval) et, au bout du compte, l'on finit par découvrir une évidence : les Français n'ont pas plus de sympathie pour l'islam que les autres Européens. Un vrai débat sur l'islam ne serait pas sans intérêt, mais il ne concerne l'identité nationale qu'à la marge. Or cette identité existe.cran_em2008

Pour la cerner, il faut en finir avec la polarisation sur les minorités visibles ou moins visibles, que ce soit pour les diaboliser ou les victimiser. Les Français dont les ancêtres ont établi leur pénates sur nos terroirs depuis belle lurette forment une énorme majorité. Même si ces ancêtres sont venus d'ailleurs, certains plus récemment que d'autres (Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, etc.).

Or cette majorité, prolétaire ou bourgeoise, est exclue du débat, et le sent, et s'en exaspère sans pouvoir le dire. C'est elle, pourtant, qui pérennise l'identité française ; c'est elle, en conséquence, qui détient le secret de l' «intégration». Car la vraie question n'est pas de savoir qui doit (ou peut) être intégré, mais à quoi. Réponse : à un mélange d'histoire-géo qui, au fil des siècles, a engendré une sociabilité, des tours d'esprit, une sensibilité, un type d'humour, une gastronomie, un patrimoine architectural, des héros populaires, une poétique, une spiritualité, des paysages intérieurs singuliers. Rien de moins.

100608_jeanne_d_arc1gavrochejpg_8f73_b41ce_1__5ff70

Dans le panthéon intime de la France, Jeanne d'Arc fraternise avec Gavroche, Roland à Roncevaux avec Bonaparte au pont d'Arcole, Mimi Pinson avec la duchesse de Guermantes, la gouaille du titi avec la pagnolade à l'aïoli, la gourmandise rabelaisienne avec la rigueur pascalienne, la môme Piaf avec Villon. Dans l'imaginaire des Français, on repère l'amour rustique du clocher et l'appel romantique de l'Orient, ainsi qu'une pente au bovarisme, une autre au panache de Cyrano, une autre à prendre benoîtement ses aises apéritives. Liste non exhaustive.

Certes l'identité de la France n'est pas close ou figée. Ni monochrome, tant nos «pays» au sens braudélien du terme, ont de personnalité. Reste un fond de sauce, inaccessible sans doute à la sagacité des sociologues, mais que les Français ordinaires savourent au jour le jour, et qui vient de loin, et qui tient la route. L'identité de la France, c'est un ressac au long cours entre Paris et ses provinces, une trame inouïe d'ambivalences : épicurisme et goût de l'absolu, héroïsme gaullien et cassoulet radsoc, sens de l'honneur et de la resquille, passion pour l'égalité et les privilèges, vin bordelais du regret et vin bourguignon du plaisir, catholicisme de petit proprio et tentation césariste impénitente.

Picture2

C'est aussi cette manie de lâcher des idéologues sur la rive gauche de la Seine pour des chamailleries conceptuelles dont on se fout éperdument, la sagesse populaire ayant pris acte de nos contradictions insolubles. Par exemple, ce chahut verbeux qui tourne en rond autour de minarets fantoches, alors que notre «identité», on la connaît par coeur, on la cultive, elle va de soi ou presque.

Le désir, le sentiment, le bonheur d'être français sont accessibles à toute minorité. Avec le temps, bien sûr, et à condition que la majorité - silencieuse et pour cause - soit assurée de ne pas y laisser trop de plumes symboliques. Sinon elle se rétracte, et sa méfiance tourne à la franche hostilité. Partout dans le monde, les minorités sont d'autant mieux accueillies que les majorités ne se sentent pas ... minorées. Grâce au ciel, l'identité de la France a autant de verdeur que de mémoire, il suffirait d'en rappeler la substance pour éclairer les lanternes sourdes de ce débat foireux.

La France n'est pas une page blanche sur laquelle des utopistes en serre chaude écriraient à la hâte le mot «citoyenneté». Ni l'espace abstrait d'une appropriation ex-nihilo. La France, on sait de quoi son identité retourne ; cessons de l'ignorer dans leurs pompes d'où ils viennent. Surtout ceux de fraîche date : plus que les enracinés, ils ont besoin de savoir de quoi ils héritent au juste.

Denis Tillinac est chroniqueur à Valeurs actuelles.
PS : cet article est extrait du n° 663 (du 2 au 8 janvier 2010) de l'hebdomadaire Marianne  - source

french

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 janvier 2010

réponse à Esther Benbassa

20080904Soldats



réponse à Esther Benbassa

Michel RENARD


Dans l'Humanité, du 5 janvier 2010 : Esther Benbassa «Pour l’avenir, il y a un roman national39a3209e_aa53_11dd_b895_802fa1cb0190 à réécrire». Directrice d’études à l’École pratique des hautes études, Esther Benbassa estime nécessaire de débattre de la France telle qu’elle est. [il a fallu l'attendre... parce que personne n'y avait pensé...!!]

L'auteure de Être juif après Gaza (CNRS éditions, 2009) ne rate pas une occasion pour s’impliquer dans des combats qu’elle estime justes. En décembre dernier, elle a décidé de faire partie d’un collectif qui prône l’ouverture d’un «autre débat» que celui lancé par le gouvernement. Les membres de ce collectif, comprenant des intellectuels, des chercheurs, des écrivains, des journalistes travaillant sur le post-colonialisme ou l’immigration rejettent l’initiative d’Éric Besson, dont le but, considèrent-ils, est de manipuler l’opinion. Esther Benbassa la qualifie même de dangereuse car elle lève le tabou du racisme. [chapeau de l'Humanité]
[Réponse : le tabou du racisme...? mais si le racisme ne s'était pas exprimé en France depuis des années et des années, pourquoi SOS-Racisme a-t-elle été créée et portée aux nues...? et, question secondaire, pourquoi, malgré SOS-Racisme, le racisme n'a-t-il pas régressé-? Le véritable tabou, aujourd'hui en France, c'est bien le sentiment national, ringardisé, extrême-droitisé, lepénisé, nazifié... Et ceux qui, par vacuité de pensée, ont procédé à ces amalgames depuis plus de vingt ans sont désormais prisonniers de leurs caricatures et INCAPABLES de débattre de ce que représente la nation comme héritage et comme projet collectif - M.R.].

Identit__nationale_couv_d_f


le débat sur l'identité nationale n'est pas un débat nationaliste

réponse à Esther Benbassa par Michel Renard

- L'Humanité (Mina Kaci) : Pourquoi demandez-vous l’arrêt du débat sur l’identité nationale, alors qu’Éric Besson s’entête à vouloir le poursuivre ?

Esther Benbassa : Nous n’appelons pas à cesser de débattre mais à conduire un autre échange qui ne porte pas sur l’identité nationale et qui serait une sorte de radiographie de la France. Il faut sortir de ce débat stérile sur l’identité nationale rappelant les discussions des années trente lorsque les ligues fascistes criaient? : «La France aux Français !»
[Réponse : pauvre argumentaire...! Quand Braudel signe son dernier ouvrage "L'identité de la France", faisait-il une concession à l'extrême-droite des années 1930...? Les gens comme Esther Benbassa sont tellement accrochés à une Gauche atone qui a renoncé à presque toutes ses convictions et ses ambitions, qu'ils ont réduit le débat politique au "danger du Front national", seul parti à évoquer depuis 25 ans la symbolique nationale. Résultat, ils ont oublié que l'attachement à l'identité nationale était une idée politique légitime et encore vivace dans de larges fractions des couches populaires
- M.R.].

9782081218826


- Vous dites que ce débat sur l’identité nationale est dangereux..

Esther Benbassa : Il est dangereux d’abord parce qu’il caresse les mauvais instincts des gens et fait sauter le tabou du racisme. Des personnes osent dire à haute voix ce qu’elles écrivaient anonymement. Il n’est qu’un cache-misère pour parler de l’autre, de l’immigré qui ne ferait pas partie de l’identité nationale. De plus, ce débat est tourné contre l’islam comme l’était l’antisémitisme contre les juifs au XIXe siècle. Or on sait à quoi avait abouti l’antisémitisme des années trente.

[Réponse : débat tourné contre l'islam...? quelle caricature...! critiquer le communautarisme, le port du voile, de la burqa serait critiquer l'islam...? c'est bien ce que disent tous les fanatiques islamistes et fondamentalistes... Esther Benbassa est sur la même ligne...
Le parallèle avec l'antisémitisme est totalement infondé : l'antisémitisme est un racisme haineux mobilisant des préjugés ; la critique du fondamentalisme islamique se fait au nom des idéaux universalistes, au nom de l'émancipation de la femme, au nom de la laïcité... Il ne reste plus à Esther Benbassa qu'à dire que ces dernières références doivent être abandonnées au nom d'un multiculturalisme a-critique, au nom d'un relativisme honteux des progrès réalisés en Occident en faveur des libertés indiividuelles
- M.R.].

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir


En quoi consiste précisément l’« autre débat » que vous appelez de vos vœux ?

Esther Benbassa : On veut un débat sur la France telle qu’elle existe aujourd’hui, avec des états généraux, des colloques et bien d’autres initiatives. Il faut réécrire les manuels scolaires, l’histoire, car, dans la saga nationale qu’est l’histoire de France, il y a celle des anciens colonisés et celle des immigrés. La décolonisation n’a toujours pas été digérée. Il faut recentrer la réflexion vers d’autres enjeux et proposer de façon concrète des outils de compréhension pour les populations. Et expliquer que le débat sur l’identité nationale est un débat nationaliste, qui cache le déficit de la France, le chômage et les luttes sociales. C’est un débat typiquement politicien, électoraliste à la veille des régionales
[Réponse : "
le débat sur l’identité nationale est un débat nationaliste"... c'est ce qu'on dit quand on ignore l'histoire de France, quand on voudrait bien contrer la Droite mais qu'on n'a aucun argument sur ce thème, quand on a oublié que le patriotisme naît à Gauche sous la Révolution française et que la Gauche l'a toujours porté jusqu'à il y a une trentaine d'années.
Le "déficit, le chômage, les luttes sociales"... voilà... Pour Esther Benbassa et une majorité de gens de Gauche, n'existe que la question sociale...! Et ces gens font profession de "sciences sociales"...! quel matérialisme sommaire, quel réductionnisme grossier... L'attachement national ne serait qu'un "faux sentiment" peut-être ? Et elle propose de réécrire les manuels d'histoire... Mais Esther Benbassa ignore l'histoire de France, la profondeur des liens qui rattachent notre "société" à son passé, à des structures anciennes dont toute l'école historique française a montré, depuis deux siècles, la pertinence... Qu'elle les ouvre donc ces ouvrages avant de prétendre les réécrire...!
- M.R.].

9782020361842FS
toute l'école historique française
a parlé de la France, de l'identité française...

mais de nombreux sociologues ignorent

les travaux des historiens, persuadés qu'ils sont
de la toute-puissance de leur grille d'analyse

- En prônant un «autre débat», n’est-ce pas d’une certaine manière le fait de rester dans le débat sur l’identité nationale que vous condamnez ?

Esther Benbassa : Nous n’avons jamais parlé de l’identité nationale et n’avons pas l’intention de le faire. Mais il existe bien une question sur ce qu’est la France aujourd’hui et on ne doit pas éviter d’y répondre. L’identité nationale est un jeu de mots pour désigner le «vrai» Français. Et le «vrai» est celui qui n’est pas immigré, qui n’est pas noir, pas arabe, celui qui n’est pas musulman. Au contraire, notre collectif regarde vers l’avenir et on estime qu’il y a un roman national à réécrire avec les histoires de ceux qui composent ce pays. Qui aujourd’hui peut dire qu’il a une seule identité ? La question même est absurde, elle nous dépasse. De plus, un débat, cela se prépare, cela se réfléchit et cela regarde l’avenir. Or le débat lancé par Éric Besson est de nature conjoncturelle.
[Réponse : Personne ne parle de "vrai Français" sauf les gens comme Esther Benbassa avec le vain espoir de discréditer le débat en cours auquel ils ne savent pas participer.
Croire qu'il ne s'agit, de la part du gouvernement, que d'une tactique en vue des élections régionales..., c'est une hypothèse que rien ne peut étayer parce que PERSONNE ne peut dire, à l'avance, ce qui sortira de ces élections ni quels facteurs d'actualités peuvent influencer alors les électeurs...
"Qui peut dire qu'il a une seule identité", avance Esther Benbassa comme si c'était un argument massue... Mais c'est un pont-aux-ânes... Personne, là encore, ne dit que chaque individu n'a qu'une seule identité. On dit qu'il y a une identité nationale qui fait que la France se distingue, par exemple, de l'Allemagne, de l'Angleterre, de l'Algérie ou du Mali... Mais voilà, pour ces "sociologues", la seule unité d'analyse, c'est l'individu... Ils ont bien besoin de fréquenter les thèses d'histoire sociale produites depuis un siècle, pour renouer avec la complexité du social, pour comprendre que le "national" ne se réduit pas au nationalisme].

Entretien réalisé par Mina Kaci
publié dans L'Humanité le 5 janvier 2010.



9782081223257
pour avoir consacré son dernier ouvrage
à l'identité nationale, l'historien Fernand Braudel
n'est pas un nationaliste...



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 08:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 2 janvier 2010

réponse à Mustapha Kharmoudi (Michel Renard)

identite_nationale_eric_besson_moque_L_1

 


réponse à Mustapha Kharmoudi

Michel RENARD


Désolé de vous le dire, votre texte [reproduit ci-dessous] est dominé par un sentiment de paranoïa qui, à mon, sens, n'est pas justifié.

Que des débordements condamnables - et condamnés - s'expriment dans le débat sur l'identité nationale est évidemment regrettable mais tout à fait explicable.

Cela fait quarante ans que toute la classe politique française – ce qui n'est pas le cas de la marocaine… - a déserté la référence à la symbolique nationale, l'a même stigmatisée comme le fourrier du racisme, et en a confiné le maniement au seul Front National.
Le sentiment d'attachement national, en France ou au Maroc, est parfaitement légitime - j'évoque ces deux pays puisque vous vous identifiez comme franco-marocain. L'avoir injustement discrédité condamnait à des résurgences incriminables…. mais épiphénoménales.

Il ne faudrait pas saisir ce prétexte pour déserter le débat de fond : pourquoi l'affirmation d'une identité nationale est-elle licite au Maroc (et partout ailleurs) mais prohibée en France ? En tant que franco-marocain, n'y a-t-il pas là une disparité qui heurte votre conscience ?

Vous-même semblez avoir du mal à vous situer intellectuellement dans ce débat. Il faut, à tout prix, que vous prêtiez à ses initiateurs les signes du racisme, ce qui permet évidemment de les condamner sans difficulté. Pourquoi, par exemple, évoquer une "espèce" de citoyens ? Personne, au gouvernement, n'a "racialisé" l'identité nationale. Ainsi, Rama Yade, en novembre dernier, déclarait à France Info : "L’identité nationale ne veut pas dire la pureté raciale, sinon je ne ferais pas partie de ce gouvernement."

Pourquoi faites-vous semblant de croire que Sarkozy a appelé "racailles" tous les jeunes d'origine maghrébine…? Ce qui n'est pas le cas. Mais comment appelez-vous donc des individus qui transforment des cités en champs clos de trafic de drogue, qui tendent des guets-apens à la police ou aux pompiers et qui finissent par tirer à l'arme de guerre sur les forces de l'ordre ? Vous vous sentez la moindre accointance avec des gens de la sorte ? Moi, quelle que soit leur "origine", je pense effectivement qu'il s'agit de "racailles".

h_4_ill_755519_478820


allez-vous renoncer à votre identité marocaine du fait de
la politique migratoire menée par Rabat ?

À partir d'aujourd'hui, dites-vous, "je cesse de défendre mon identité française". Pourquoi ? Parce que la France n'est pas parfaite ? Parce que la France tente de mener une politique migratoire qui ne relève pas seulement de la compassion aveugle ? Je vous demande : allez-vous renoncer à défendre votre identité marocaine du fait de la politique migratoire menée par les autorités de Rabat ? Les Maliens souhaitant gagner l'Espagne, pourchassés par les gendarmes marocains, refoulés dans le désert à l'aide de moyens anti-émeute et d'hélicoptères, blessés et affamés… cela ne constituerait-il pas une bonne raison pour vous octroyer une "objection de conscience identitaire marocaine" ?

Quant à l'islam, personne au gouvernement, ne dit qu'un "fossé infranchissable sépare les bons Français de (vous) autres les métèques, les «musulmans»" comme vous le prétendez. Toujours cette exagération anti-raciste…

Maintenant, il faut être clair : ne croyez-vous pas qu'il y a dans les milieux musulmans issus des organismes internationaux du type Frères Musulmans ou inféodés aux cheikhs salafistes, des stratégies de confrontation avec les valeurs de la République, avec les valeurs de la culture française, avec les grands acquis de l'émancipation individuelle : égalité homme/femme, liberté de conscience, liberté d'expression, sécularisation de la société…?

Personne ne dit sérieusement "qu’un jeune français de confession musulmane est un être à part, un être dangereux, asocial", sauf dans votre pensée victimaire. Cette "France raciste" que vous refusez n'existe pas. Mais vous ne ferez pas avaler à la conscience française – "celle des Lumières, de la grande Révolution française, celle de la résistance et celle qui a combattu l’esclavage et le colonialisme" - qu'elle doit sacrifier ce qu'elle est pour que les exigences obscurantistes des fondamentalistes musulmans aient libre droit d'expression (voile à l'école, burqa, traitement séparés pour les musulmans dits "pratiquants", etc…).

La paix civile repose entre autre sur la sécularisation et la laïcisation de l'espace publique. Comme les autres religions, l'islam doit se laïciser, ce qui ne veut pas dire renoncer à être lui-même mais renoncer à bénéficier d'un traitement spécifique. Il doit apprendre à vivre avec les autres et non à côté des autres. Là-dessus, vous gardez un étrange silence. Or, il y va bien de l'identité nationale française.

bild22

Mais vous persistez dans la caricature en prétendant que Sarkozy parlerait d'une catégorie de Français en invoquant "les nôtres", ce qui vous autoriserait par contrecoup à dire "les miens"… En vérité, vous restez prisonnier de la grille de lecture en place depuis les années 1980 : le seul clivage existant est celui qui séparerait les racistes des antiracistes…! Vous n'êtes pas capable d'assumer une confrontation sur la question de l'identité nationale française sans faire de votre contradicteur un raciste…!

Michel Renard


2020044137
parler de l'identité française n'est pas raciste


Identité nationale :
Lettre ouverte d’un écrivain franco-marocain au Président Sarkozy

 

pic
De Mustapha Kharmoudi

Monsieur le Président,

Je ne supporte plus ces dérapages volontaires, ces phrases imbéciles qui explosent comme des bombes mortelles des bouches haineuses de vos ministres et de votre entourage.

Je ne suis pas de votre bord politique, mais j’ai toujours su garder le respect nécessaire à votre fonction. Maintenant, à vrai dire, je commence moi aussi à éprouver la même haine à votre égard et l’égard des vôtres... Et pour que les choses soient dites sans détour et avec la même désinvolture que vos émissaires en terre FN, votre idée de la France, je n’en veux pas. Mieux : votre France, je n’en suis pas, je vous la laisse ; gardez-la pour vous et pour les vôtres, faites-en une réserve pour une seule «espèce» de citoyens à l’exclusion de toutes les «racailles» envahissantes que nous sommes nous autres.

Pourtant il m’a fallu du temps pour me sentir membre à part entière de cette belle aventure qu’on nomme France. Déjà par un apprentissage précoce de la langue de Molière depuis ma tendre enfance au fin fond de la campagne marocaine. Ensuite par quarante longues années de vie parmi ce paradoxal peuple de France : aussi généreux qu’inquiétant.

Mais aujourd’hui j’en arrive à comprendre les jeunes que vous nommez «racailles» quand ces jeunes sifflaient La Marseillaise. Pourtant à l’époque cela m’avait offusqué. Oui, je n’en peux plus de courir après «votre» France, que vos diatribes estampent de devant moi tel un mirage qui s’éloigne indéfiniment. J’en ai assez de me rapprocher de gens qui sans cesse jettent le doute sur ma «fidélité française» à cause de mes origines et de mes supposées croyances. J’en ai assez de subir l’invective à chaque fois qu’un gouvernement et un président sont en mal de popularité.

Avec l’âge, je ne crois plus guère que le temps règlera les choses sans heurts voire même sans violence, vu que le temps qui passe ne fait qu’aggraver la situation. Alors, autant jouer franc jeu, si j’ose employer ce terme : à partir d’aujourd’hui, je cesse de défendre mon identité française. Peut-être vos ministres xénophobes s’en donneront-ils à cœur-joie et se laisseront aller à plus d’accusations racistes. Peut-être des mouvements extrémistes (des deux bords) vont-ils exploiter cette situation. En vérité, cela m’importe peu dorénavant. Et je vais de ce pas militer pour que nous soyons nombreux à s’octroyer une certaine «objection de conscience identitaire».

sarkozy_identite_nationale_211

Monsieur le Président, c’en est trop que vos discours et ceux des dirigeants politiques en général distillent impunément et à longueur de médias cette idée venimeuse qu’un fossé infranchissable sépare les bons Français de nous autres les métèques, les «musulmans», les «quand il y en a un ça va...», les «non white», les «gris par mariage», «les qui sifflent La Marseillaise», enfin toutes ces hordes et les rejetons de ces hordes qui ont fui les guerres, les dictatures et «toute la misère du monde». Bref, les impurs voire même les impies d’une France et d’une Europe si radicalement chrétiennes qu’elles ne sauraient accueillir en son sein ces turcs musulmans...

Si ce n’était que politique politicienne, on pourrait se terrer le temps d’une campagne électorale. Mais vos discours renforcent au sein de la population les comportements les plus discriminatoires, une discrimination qui met déjà au banc de la société des pans entiers de la jeunesse «non native», même quand cette jeunesse est diplômée des fleurons de nos universités. Pour nommer les choses telles qu’elles sont, vos méthodes ressemblent à s’y méprendre à quelque stratégie – consciente ou inconsciente - d’apartheid. Et, à mon niveau, j’ai comme le sentiment que vous savez ce que vous faites. Quoi qu’il en soit, tout semble illustrer votre état d’esprit ségrégationniste : votre jeu de petites phrases malsaines ne nous est-il pas en fin de compte destiné : histoire de nous faire comprendre que vous êtes de ceux qui sauront nous mettre au pas le moment venu ? Ne sert-il pas aussi à rassurer les «vôtres» et à les protéger de toute mixité contagieuse ?

Comme ce pays bascule de jour en jour dans le repli, je suppose qu’il n’y a aucune raison que cela s’arrête. Je sais que les nombreuses campagnes électorales à venir seront autant d’occasions de «nous» vexer, de «nous» humilier, de nous classer dans la catégorie «non intégrable» malgré «votre» immense hospitalité française...

Eh ben, soit ! Jouons donc ensemble à ce jeu vicieux puisque vous semblez y tenir tant. Mais il vous faudra vous habituer à un changement nécessaire afin que les règles soient moins «injustes» : nous n’accepterons plus dorénavant votre injonction à être français selon votre bon vouloir. Non, vous ne pourrez plus nous sommer d’être ceci ou cela, encore moins sous peine d’excommunication...

mohamed6_desk
le roi Mohammed VI du Maroc a lancé en octobre 2004
à Rabat la "radio coranique Mohammed VI", destinée à devenir un
"outil essentiel de l'identité nationale" marocaine...

Pour ma part, j’affirme ne pas me sentir français quand je vous entends parler des «miens» avec arrogance et mépris. À vrai dire, votre façon d’être français me fait plutôt honte. Non, je ne suis pas de «votre» France, je ne suis pas de cette France frileuse, repliée sur elle-même, de cette France raciste qui pense qu’un jeune français de confession musulmane est un être à part, un être dangereux, asocial. Tout comme hier dans les colonies. Bref, je ne suis pas de cette France chrétienne avec des relents collaborationnistes voire même croisés...

Non, Monsieur le Président, votre France n’est plus la mienne. Gardez-la pour vous et pour les vôtres. Et parquez ceux qui ne partagent pas votre conception de la France, cette France qui hait ses jeunes dont le faciès n’est pas aux normes, cette France qui dresse un mur entre elle et nous autres « dangereux étrangers ». Oui, c’en est fini de nous prêter à ce jeu stupide qui consiste à ce que les plus «méchants» de la classe politique nous insultent et nous vexent pendant que les plus «gentils» nous somment de ne pas crier de peur de réveiller la bête immonde...

Aussi, j’appelle tous ceux qui en ont marre de cet affront à se rebeller, à se révolter. Je leur demande de crier haut et fort qu’ils ne sont plus français, en tout cas pas à la manière de ces racistes qui nous pourrissent la vie par des vexations assassines pour voler quelques voix à l’abject Le Pen... Je demande à tous ceux qui se sentent concernés de se mettre en quelque objection de conscience identitaire.

Éventuellement, nous voudrons bien faire partie d’une autre France si tant est que nos politiques nous en offrent les perspectives, la France des Lumières, de la grande Révolution française, celle de la résistance et celle qui a combattu l’esclavage et le colonialisme. Oui une France qui saurait respecter chaque français, quelle que soit son origine, qui le traite à égalité des droits et des devoirs, sans préjugé et surtout sans cette haineuse discrimination qui agit en écho à la haine qui transparaît jusqu’aux cœur même du pouvoir...

Mustapha Kharmoudi
Ecrivain franco-marocain

source : Courrier international

la_revolutiondet1


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 7 décembre 2009

ceux qui se réclament des «droits de la personne» et de la «tolérance» en appellent de plus en plus à la censure

5201cee34be3afacebaf88bfa558

 

Sommes-nous vraiment libres de

nous exprimer au Québec ?

Mathieu BOCK-CÔTÉ

«Nous assistons à la régression de la liberté d’expression au Québec à travers l’hégémonie de la rectitude politique par laquelle certaines élites médiatiques, intellectuelles et technocratiques confisquent le débat public et accusent systématiquement d'intolérance ceux qui expriment un désaccord avec elles. La technique de diabolisation est bien connue : on accusera son adversaire de dérapage, ce qui consiste à dire qu'il s'éloigne du seul chemin autorisé par les nouveaux curés de la pensée unique. 

Cette censure est particulièrement visible sur les questions liées à l'identité québécoise. Comme on l'a vu avec la crise des accommodements raisonnables, ceux qui s'opposent au multiculturalisme se font accuser de racisme, de xénophobie, de frilosité identitaire. Autrement dit, le désaccord politique est interdit et ceux qui le manifestent sont présentés comme les porteurs d’une pathologie morale. Or, on ne débat pas avec une pathologie, on la guérit. On ne lui donne surtout pas droit de parole non plus.

Paradoxalement, on ne le remarque pas assez, mais ce sont ceux qui se réclament des «droits de la personne» et de la «tolérance» qui en appellent de plus en plus à la censure des propos qui contredisent le multiculturalisme dominant. On trouve même des intellectuels pour en appeler au retour légal ou administratif de la censure et au contrôle de l’information dans les médias, comme on l’a vu au moment de la commission Bouchard-Taylor. Autrement dit, la liberté d’expression est menacée par ceux qui prétendent la protéger.»

Mathieu Bock-Côté
candidat au doctorat en sociologie
à l'UQAM (université du Québec à Montréal)
journalmetro.com/quebec

 

bouchard_taylor_9770_alariephoto_PhotoRedukto
commission Bouchard-Taylor

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 2 décembre 2009

les élites ont abandonné la symbolique nationale

Débat sur l'identité nationale - Max Gallo :

 

 

Débat sur l'identité nationale

Max Gallo :

en chaque Français, il y a un étranger

 

L'historien et écrivain Max Gallo se mêle au débat sur l'identité nationale, qui sera défendue vendredi par François Fillon. Sans détour. 
   
lepoint.fr : Le débat sur l'identité nationale est-il nécessaire ?
Max Gallo : Je le crois, parce que l'ensemble des nations traverse une période de transition marquée par les nouvelles technologies. Ces dernières modifient les rapports des hommes entre eux, des hommes à leur État et des hommes à la politique. Je pense en particulier à la spontanéité et à l'immédiateté de l'intervention du citoyen par le biais d'Internet. Cette période est aussi marquée par des variations des équilibres démographiques, avec de grands déplacements de population, au moins pour quelques décennies encore. Naturellement, tout cela modifie ou, du moins, interroge la conception habituelle que nous avons de la nation. Sans compter que notre histoire nationale est celle d'un pays ouvert qui n'est pas composé d'une population homogène. En chaque Français, il y a un étranger.

consitution_1791

 
Certains estiment que l'identité nationale est une affaire d'histoire et qu'il ne convient pas aux politiques de l'accaparer...  
Ces gens ne connaissent pas l'histoire. Depuis les Capétiens en passant par Louis XIV jusqu'à l'époque révolutionnaire et la IIIe république, le pouvoir s'est soucié de la question de l'identité nationale. Prenons un exemple flagrant : en 1879-1880, la République décide de fixer la date de la fête nationale au 14 juillet et de fixer l'hymne national. C'est bien évidemment une intervention politique. Quand la Constituante décide de passer de l'expression "roi de France" à l'expression "roi des Français", c'est la même chose. Le 10 juillet 1940, le maréchal Pétain a évidemment forgé une nouvelle identité en choisissant "travail, famille, patrie" comme devise à la place de "liberté, égalité fraternité". À chaque instant de notre histoire, il y a eu interrogation sur la question de l'identité nationale et, à chaque fois, les politiques sont intervenus dans le débat. Aujourd'hui, il s'agit de l'ouvrir et non de le fermer. Nous sommes heureusement en République : j'imagine que le gouvernement n'a pas l'intention d'imposer quoi que ce soit.
 

Qu'est-ce qu'être français aujourd'hui ?  
Premier point : être français, c'est aimer la France, c'est-à-dire connaître son histoire, aimer les paysages travaillés par les hommes : nous avons bâti un espace monumental urbain qui nous définit. C'est une définition affective, mais très importante. Il n'y a pas de réflexion sur le fait d'être français si on ne commence pas à dire que l'on a un lien particulier fait d'attirance et d'amour pour son pays.
Deuxième point : Fernand Braudel a parlé de "problématique centrale de la nation". C'est une notion intéressante parce qu'elle signifie qu'il n'y a pas de points fixes, mais des points de repère qui encadrent l'identité nationale. Il y a d'abord le droit du sol : on ne demande pas à un Français quel sang coule dans ses veines parce que nous avons toujours été parcourus par des peuples venant du Nord, de l'Est, du Sud, et dont beaucoup se sont enracinés. Il y a ensuite l'égalité, permanente en France depuis le Moyen-Âge. On ne peut pas toucher à cette symbolique de l'égalité des chances sans déclencher des fureurs. Il y a aussi le rôle de l'État, la laïcité et la langue. Il faut parler le français. La construction de la langue a commencé au XVIe siècle, en 1539, avec l'édit de Villers-Cotterêts qui a imposé dans les textes juridiques la langue française.

800px_Villers_Cot
...soient prononcés, enregistrés et délivrés aux parties
en langaige national françoys et non autrement

Qui dit langue dit école. Puisque nous avons en nous une part d'étranger, elle a un rôle central. C'est le lieu où se forge la citoyenneté. Ce qui amène à un autre point : le rapport individuel des citoyens avec l'État. C'est ce qui nous oppose au communautarisme. Il y a aussi "la sociabilité française", c'est-à-dire notamment l'égalité homme-femme, qui s'est forgée dans l'amour courtois, les favorites, les femmes savantes... Nous avons toujours imposé au rapport homme-femme une règle qui existe dans fort peu de pays : l'épanouissement de la femme. Un autre point, c'est la conscience du risque d'émiettement de la nation parce que nous sommes divers. Il y a toujours un risque de "guerre de religion". Pas seulement des frondes, d'affrontements politiques, mais aussi de guerres civiles violentes. Il y a enfin la vocation universaliste. Elle renvoie au rôle qu'a joué la France à l'intérieur du catholicisme. La France était la fille aînée de l'Église. D'une certaine manière, elle est devenue Marianne, la fille aînée des Républiques.
 
Pourquoi le risque d'émiettement de la nation est-il fort aujourd'hui ?    
Il y a une responsabilité des élites qui, depuis 30 à 40 ans, n'ont jamais tenu de discours sur l'identité nationale. Par peur de l'extrême droite, ils ont abandonné au Front national la symbolique nationale. Ils n'ont pas tenu de grands discours sur l'intégration. Surtout, la réalité sociale et économique ne favorise pas l'intégration : il n'y a plus d'école ni de service militaire... Nous n'avons pas dit aux immigrés que nous sommes un pays qui a déjà une histoire dans laquelle ils doivent s'insérer pour la modifier, comme nous l'avions fait sous la IIIe république avec les immigrés italiens, polonais. Ce n'est pas parce qu'ils étaient européens que c'était plus facile. Il ne s'agit pas de dire "nous sommes des Gaulois", mais "il y a des Gaulois". Autrement dit, il s'agit de souligner que la France ne commence pas avec l'arrivée sur le sol de la dernière vague d'immigration. C'est la question du rapport à l'histoire. C'est pour ça que j'ai toujours été réservé sur la question de la repentance. Autant je crois qu'il ne faut rien dissimuler de l'histoire nationale, et Dieu sait si elle est riche en crimes, en erreurs, en guerres injustes, en esclavage, autant je pense qu'il ne faut pas en faire une histoire criminelle. L'histoire de France ne vaut ni plus ni moins que les autres histoires nationales. Mais on oublie souvent qu'il n'y a jamais d'intégration immédiate. Je suis fils d'immigré italien : en 1893, il y a eu des pogroms contre les Italiens. Il ne faut jamais demander au nouvel arrivant de renoncer à cette part étrangère de lui-même. Elle enrichit la nation à condition qu'elle s'inscrive dans cette problématique centrale de la nation et de ces paramètres que j'ai définis.

immigration_italienne
immigrés italiens

Quel est l'apport de l'immigration à l'identité nationale ?  
La France s'est construite dans un amalgame permanent entre des individus arrivant de l'étranger et puis ce sol, ce lieu, cette histoire de France. Nous sommes quand même le pays de la reine Marie de Médicis, de Richelieu, de Mazarin, de Léon Gambetta. Autrement dit, nous sommes ouverts. Pour des raisons géographiques, puisque nous sommes le Finistère européen, traversé du nord au sud. Nous sommes à la fois flamands et occitans, germaniques et celtes. Si, à l'évidence, il y a des racistes en France, la France n'est pas et n'a jamais été un pays raciste. Elle est le pays d'une histoire, de l'étranger dans chaque Français.
 
Comment renforcer l'identité nationale ? En chantant la Marseillaise à l'école, par exemple ?  
En apparence, cette mesure ne change rien. On peut même en sourire, voire la contester. En réalité, c'est important d'avoir un discours sur l'identité nationale. J'espère qu'on renforcera l'enseignement du français, le principe de la laïcité, et le respect des symboles nationaux, républicains. Il faut aussi que l'intégration puisse se réaliser au travers de la vie sociale et économique. Cela passe par des mesures ponctuelles, modestes, mais rigoureuses, comme peut-être le CV anonyme. Mais ces questions doivent être étudiées techniquement et expérimentées.

propos recueillis Marc Vignaud
2 décembre 2009 - Le Point.fr

vers12_gros_001z
La République, allégorie, Jean-Antoine Gros, 1794
voir l'explication de cette image ici

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 novembre 2009

Martine Aubry et l'identité nationale

Martine_Aubry_2009


Martine Aubry ne comprend rien

à l'identité

par Jean-François Copé


Le Parti Socialiste n'a pas compris le rôle majeur de cette question dans le débat politique.
28 novembre 2009

21b97718_a687_11de_af9e_865cfc129efc

J'étais invité jeudi 27 novembre sur le plateau de «À vous de juger», sur France 2, pour débattre avec Martine Aubry d'un sujet qui me tient à cœur: l'identité nationale.

Dans le cadre de notre échange, j'ai voulu montrer le rôle majeur de cette question dans le débat politique et je me suis même livré en confiant que cette réflexion était à l'origine de mon engagement politique. Mais en face de moi, je me suis rendu compte que la patronne du PS, premier parti de l'opposition, n'avait manifestement pas pris la mesure de l'importance de ces sujets. Je ne m'étonne pas de nos désaccords - cela est bien normal et le ton de notre entretien était d'ailleurs apaisé - mais plutôt de ses esquives permanentes, de ses reculs et de ses imprécisions qui rendaient difficiles l'échange de vues. Dans son discours, j'ai relevé notamment trois ambiguïtés inquiétantes.

Premièrement : sur l'identité nationale, Martine Aubry vit dans le déni et dans le paradoxe. Elle a asséné que «c'est un faux débat qui fait honte à la France». Pour elle, tout se réduit à la question sociale. Je n'élude pas ce point mais je m'étonne qu'elle soit complètement aveugle aux autres fissures qui fragilisent notre communauté nationale, entre la France rurale et la France urbaine, entre les jeunes et les moins jeunes, entre ceux qui sont attachés à l'égalité des hommes et des femmes et ceux qui ne s'en préoccupent pas, entre les Français de diverses origines ou confessions...

Lorsque j'ai évoqué mon expérience de maire et les difficultés de nos concitoyens qui ne se parlent plus, qui ne respectent plus, parce qu'ils ne connaissent plus et qu'ils ont peur les uns des autres, elle a répliqué en expliquant qu'à Lille, il n'y avait aucun problème. Là-bas, c'est bien connu, tout le monde s'aime et se respecte. Il n'y a aucune tension entre les habitants... Ce déni d'un des échecs majeurs des politiques publiques depuis 30 ans - celui de l'intégration - est d'autant plus paradoxal que c'est Martine Aubry qui, à chaque fois, a voulu replacer le débat sur le terrain de l'immigration quand j'essayais de montrer qu'il concerne tous les Français.


que la République se taise plutôt que d'affirmer ses valeurs ?

Deuxièmement, Martine Aubry a fait preuve de légèreté sur le danger du communautarisme et a multiplié des amalgames étonnants entre l'immigration et l'islam. Quand nous avons parlé du port de la burqa, Martine Aubry a jugé qu'une loi d'interdiction serait dangereuse car elle pousserait certaines musulmanes à la porter par provocation... C'est une remarque que j'ai déjà intégrée dans ma réflexion et c'est pour cela que je suis attaché à une phase de dialogue et d'explication avant l'interdiction. Mais que propose-t-elle alors ? Que la République se taise plutôt que d'affirmer ses valeurs ? Pour ma part, je suis très clair sur ce point : une minorité d'extrémistes teste la République, il est de notre devoir de répondre par la fermeté en interdisant le port de la burqa.lille_piscine

À vrai dire, cette légèreté sur la burqa m'étonne peu, Martine Aubry avait déjà eu une position plus qu'ambiguë vis-à-vis de demandes communautaristes à Lille. J'avais été choqué d'apprendre, que, pendant au moins 6 ans, la maire de Lille avait accepté que des horaires d'une piscine municipale de Lille soient réservés à des femmes musulmanes qui ne voulaient pas côtoyer des hommes. Ces femmes avaient exigé et obtenu que le personnel de la piscine soit exclusivement féminin. Un reportage d'Arte dans le magazine «Théma» du 9 décembre 2008 intitulé «quand la République se voile la face», montrait même qu'une piscine avait été fermée pendant la durée du Ramadan.

Dans le Parisien du 17 septembre 2009, Martine Aubry avait d'ailleurs à ce sujet reconnu : «J'ai fait un détour par rapport à mes principes, ceux de la République, pour permettre à ces femmes de faire du sport, de sortir de chez elles et tout simplement d'exister». Pourtant, hier, elle était encore dans le déni en expliquant que ces créneaux horaires avaient été ouverts à toutes les femmes, notamment aux femmes obèses qui souffraient du regard des hommes, et pas uniquement à la demande de musulmanes. Toutes les enquêtes de journalistes sur place montraient le contraire...

Et si sa décision est anodine, pourquoi a-t-elle fait marche arrière en mettant fin à ce dispositif? La ficelle est un peu grosse. Ce flirt avec le communautarisme est pour moi inacceptable : j'avais été confronté à Meaux à la même demande de la part de femmes musulmanes et j'avais alors refusé de leur accorder des créneaux spécifiques. Cela prouve en tout cas qu'un débat n'est pas inutile sur ces questions auxquelles sont confrontées tous les élus locaux.

Martine Aubry a surtout fait des amalgames étonnants hier. Quand elle a été interrogée sur le port du voile, elle a systématiquement parlé d'immigration. Comme si l'on devait réduire l'immigration à l'islam et l'islam au voile. A ma connaissance pourtant, on peut être Français d'origine maghrébine sans être musulman, on peut être d'origine arabe et être juif ou chrétien, on peut être breton depuis des générations et se convertir à l'Islam, on peut bien sûr être musulmane sans porter le voile. Il faut en finir avec les clichés qui entravent la construction saine de notre vivre ensemble : notre immigration n'est pas exclusivement maghrébine, tous les maghrébins ne sont pas musulmans et tous les musulmans ne sont pas maghrébins.

Au passage, je vous laisse méditer cette perle. Quand je l'ai interrogée sur la politique espagnole à l'égard des clandestins, elle a répondu «heureusement nous ne sommes pas dans la situation de l'Espagne, aux portes du Maghreb...» Je n'ose pas imaginer le scandale que cette phrase aurait provoqué dans la bouche d'un homme de droite.

arc_de_triomphe_drapeau_flag_france
Arc de Triomphe, Paris

Troisièmement, pour Martine Aubry l'identité se résume à la République du guichet, celle des droits, mais pas des devoirs. Quand je parlais d'égalité, de fraternité, de liberté, de laïcité, de sécurité, Martine Aubry répondait droits sociaux, services publics, statut de la Poste... Pour résumer sa pensée, elle a eu cette formule lapidaire «L'identité de la France, c'est d'abord la CMU».

À croire que Martine Aubry, à l'origine de cette mesure, pense que c'est elle qui a donné naissance à la France. Avant elle, nous étions sans valeur... Bien sûr, les citoyens ont des droits par rapport à l'État qui a le devoir de les protéger, mais on ne peut construire une communauté nationale sur la simple revendication de droits. Être français, c'est aussi se demander comment l'on peut rendre à son pays tout ce qu'il nous a donné.

Une fois de plus, le PS est dans un déni de la réalité sur les fissures qui menacent notre communauté nationale. C'est ce déni qui paralyse la réflexion de Martine Aubry. C'est ce déni qui avait coûté à Lionel Jospin son échec en 2002. Martine Aubry faisait alors partie de son équipe, elle n'en a manifestement pas tiré les leçons. Elle ne semble toujours voir la France qu'à travers les miroirs déformants de la rue de Solferino.

Jean-François Copé
source

_____________________________________________



drapeau_francais_combattant


Plutôt d'accord


Plutôt d'accord avec Copé. Réduire la question politique au social est un terrible aveuglement, une trahison - en tout cas - de l'héritage de la gauche.

Marx écrivait dans Le Manifeste du parti communiste, en 1848 : «Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ôter ce qu’ils n’ont pas. Sans doute le prolétariat doit tout d’abord conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe nationale souveraine, et se constituer lui-même en nation ; et, en ce sens, il est encore attaché à une nationalité. Mais il ne l’est plus au sens de la bourgeoisie.»

On peut, évidemment, discuter cet énoncé et notamment la première phrase si on entendait par là qu'il n'existait aucun attachement national chez les ouvriers au XIXe siècle... Mais on ne peut affirmer être de gauche et oublier la légitimité du sentiment national...

Michel Renard

paris_occupation_13
Libération de Paris, av. des Champs-Élysées. Photographie André Zucca, août 1944.
Bibliothèque historique de la Ville de Paris

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]