200902010602_zoom
                                                                                                                source


Chevènement :

«La nation n'est pas périmée»


Entre l'Union européenne, la mondialisation économique et la décentralisation au profit des régions, la nation est-elle un espace politique périmé ?

C'est à cette question que le Groupe de recherche, d'éducation et de prospective (GREP) Midi-Pyrénées a invité à répondre Jean-Pierre Chevènement, hier à l'École supérieure de commerce. En version courte, le président du Mouvement républicain et citoyen répond non.

Il en prend d'ailleurs pour preuve les réponses nationales à la crise financière que nous traversons. Certes chaotiques, certes tâtonnants, les plans d'urgence ou de relance présentés par les nations le démontrent. Les États-Unis et ses 600 milliards, la Chine et ses 400 milliards, le Japon et ses 200 milliards… «Seul l'État nation apparaît légitime pour annoncer des chiffres aussi mirobolants», constate Jean-Pierre Chevènement. La France et ses 26 milliards ? «Ce n'est pas beaucoup mais c'est une somme dont on ne savait pas qu'elle existait puisque les caisses étaient vides», ironise l'ancien ministre.

Quoi qu'il en soit, en écartant le nationalisme, «maladie de la nation», et une définition ethnique de la nation où l'on manipule «la matière explosive de l'identité» ; en écartant l'idée d'une nation européenne «pas d'actualité», qu'elle repose sur l'idéologie post-nationale très allemande ou l'utopie développée par Dominique Strauss-Kahn ; en constatant la «désuétude du mythe fédéraliste», les nations ont de beaux jours devant elles.

Car, rappelle le président du MDC, elles sont «le lieu de la démocratie, de la solidarité, du sentiment d'appartenance». À la vérité, il affirme qu'envisager l'obsolescence de la nation ne serait qu'un «problème existentiel européen». Ailleurs, aux États-Unis, en Chine ou en Inde, il ne se pose pas.

source : la Dépêche de Toulouse (1er février 2009)


France_prot_ge_le_drapeau_Petit_Journal
la France protège le drapeau national contre
l'antipatriotisme, 3 octobre 1909
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

- retour à l'accueil