9782070361779FS


Les cultures doivent résister

à l'uniformisation et au métissage


Dans ses "carnets libres" - quelle prétention ces "carnets libres"...! pourquoi, les autres n'écrivent pas librement peut-être...? - Edwy Plenel cite ce matin Claude Lévi-Strauss :

"«J'ai connu une époque où l'identité nationale était le seul principe concevable des relations entre les États. On sait quels désastres en résultèrent.» Claude Lévi-Strauss a prononcé cette phrase à Paris, en 2005, quand commençait déjà à prendre forme la détestable régression nationale que signifie et personnifie le sarkozysme".

Magnifique anachronisme...! Quand Lévi-Strauss parle de l'identité nationale, dans ce contexte, il évoque les nationalismes expansionnistes de l'entre-deux guerres, tel celui de l'Allemagne hitlérienne. En aucun cas l'identité nationale comme vecteur d'une identité culturelle.

Engager Lévi-Strauss dans le combat contre la thématique de "l'identité nationale" au nom de son invitation "à vivre ensemble par le respect des ailleurs et du divers qui nous entourent" (Edwy Plenel), c'est faire totalement fausse route.

9782738110176FS


L'ethnologue, au contraire, a toujours pris ses distances avec une vision irénique du métissage et du contact des cultures. Le contact, oui. Le mélange, non :

"C'est la différence des cultures qui rend leur rencontre féconde. Or ce jeu en commun entraîne leur uniformisation progressive : les bénéfices que les cultures retirent de ces contacts proviennent largement de leurs écarts qualitatifs ; mais au cours de ces échanges, ces écarts diminuent jusqu'à s'abolir.
N'est-ce pas ce à quoi nous assistons aujourd'hui ? Soit dit en passant, cette idée que, dans leur évolution, les cultures tendent vers une entropie croissante qui résulte de leur mélange (...) vient en droite ligne de Gobineau, dénoncé par ailleurs comme un père du racisme. Ce qui montre bien le désordre qui règne actuellement dans les esprits. (...)
Que conclure de tout cela, sinon qu'il est souhaitable que les cultures se maintiennent diverses, ou qu'elles se renouvellent dans la diversité ?
Seulement il faut consentir à en payer le prix : à savoir, que des cultures attachées chacune à un style de vie, à un système de valeurs, veillent sur leurs particularismes ; et que cette disposition est saine, nullement - comme on voudrait nous le faire croire - pathologique.
Chaque culture se développe grâce à ses échanges avec d'autres cultures. Mais il faut que chacune y mette une certaine résistance, sinon, très vite, elle n'aurait plus rien qui lui appartienne en propre à échanger. L'absence et l'excès de communication ont l'un et l'autre leur danger."

Claude Lévi-Strauss, De près et de loin, éd. Odile Jacob, 1988, p. 206-207.


Pauvre Edwy Plenel...

Michel Renard

- texte (allégé) envoyé sur le forum du Figaro (blog d'Yves Thréard)

2cf7d0f

- retour à l'accueil