vietnam_airlines_stewardess2




citoyen du monde ? je ne crois pas...

Reçu ce message sympathique qui appelle au dialogue. Voici le texte de Pierre Binon.

____________________________

bonjour monsieur,
j'aime beaucoup votre blog ; vous soulevez des questions intéressantes et y répondez de manière tout aussi intéressante.
Je voudrais discuter de votre article sur les "citoyens du monde" si vous le voulez bien. Que dites vous de cette identité là ?
"Je suis né dans une ville de province en France et j'ai fait mes études à Paris, puis dans une université aux états-unis. Je parle anglais couramment. Je travaille actuellement dans une mégalopole en Asie, dans une multinationale bien sûr. J'y ai rencontré ma femme, elle vient d'Amérique du sud.

Je ne compte pas particulièrement rentrer vivre en France un jour. Au contraire j'espère encore voyager, d'ailleurs je ne connais pas encore l'Afrique. J'ai gardé quelques amis en France, et j'en rencontre de nouveaux lors de chacune de mes escales. J'ai gardé beaucoup de valeurs françaises (sans doute héritées de la Grèce antique ou de la Bible) mais je m'accommode bien de celles des pays que je visite."

Qui est cette personne ? N'est-ce pas un vrai citoyen du monde? (du monde globalisé disons)
Peut-on considérer qu'elle ait encore quelques racines ?

Pierre Binon

____________________________


réponse

Merci de vote message. À mon sens, il faut distinguer trois choses :

1) l'identité nationale d'un pays ; cette configuration culturelle et historique est un donné, un héritage ; elle ne saurait disparaître sous prétexte que chaque individu s'en approprie tel ou tel segment avec plus ou moins d'intensité, de curiosité, d'intériorité...

2) l'identité personnelle d'un individu donné en rapport avec sa (ses) culture(s) d'origine ; les phénomènes de "double culture" sont en quasi totalité des résultats contraints par les migrations, jamais des choix ; il y a le plus souvent un fond identitaire constitué de la langue maternelle, des conditions de scolarisation, et d'accès à la culture, de l'environnement "naturel" et symbolique qui a vu grandir l'enfant... La citoyenneté est généralement liée à cette situation de départ... Si on peut en acquérir une autre, elle reste une citoyenneté nationale : il n'y a pas de citoyenneté mondiale.

3) l'identité personnelle en rapport avec son parcours de vie, les amours rencontrés et assumés, les résidences choisies... toutes données qui confrontent à d'autres cultures. D'accord avec vous, ces sollicitations vous enrichissent, vous déstabilisent... mais parvenez-vous pour autant à acquérir ces identités...? Je ne le crois pas. Elles font de vous un être plus sensible, plus complexe, peut-être plus "ouvert"... mais elles ne vous déracinent pas. Il y une corporéité, une historicité, un enracinement terrien de l'identité individuelle qui rendent totalement improbables ces êtres de science-fiction ou même de fiction narrative qui auraient échappé à ces imprégnations.
Et si vous, vous avez quitté le foyer de ce qui a constitué votre identité de départ, ce que vous rencontrez ailleurs ce n'est pas le "monde globalisé" mais d'autres identités : "Tous les globe-trotters du monde le savent, c'est dans les rues qu'ils se frottent à l'identité d'un pays, tant esthétique que politique, tant mystique qu'économique" (le chanteur Manu Chao).

Michel Renard

Mol_ne
les enfants de l'école élémentaire de Molène visitent le monument
aux morts de la commune, en 2006 (source)


- retour à l'accueil