20080904Soldats



réponse à Esther Benbassa

Michel RENARD


Dans l'Humanité, du 5 janvier 2010 : Esther Benbassa «Pour l’avenir, il y a un roman national39a3209e_aa53_11dd_b895_802fa1cb0190 à réécrire». Directrice d’études à l’École pratique des hautes études, Esther Benbassa estime nécessaire de débattre de la France telle qu’elle est. [il a fallu l'attendre... parce que personne n'y avait pensé...!!]

L'auteure de Être juif après Gaza (CNRS éditions, 2009) ne rate pas une occasion pour s’impliquer dans des combats qu’elle estime justes. En décembre dernier, elle a décidé de faire partie d’un collectif qui prône l’ouverture d’un «autre débat» que celui lancé par le gouvernement. Les membres de ce collectif, comprenant des intellectuels, des chercheurs, des écrivains, des journalistes travaillant sur le post-colonialisme ou l’immigration rejettent l’initiative d’Éric Besson, dont le but, considèrent-ils, est de manipuler l’opinion. Esther Benbassa la qualifie même de dangereuse car elle lève le tabou du racisme. [chapeau de l'Humanité]
[Réponse : le tabou du racisme...? mais si le racisme ne s'était pas exprimé en France depuis des années et des années, pourquoi SOS-Racisme a-t-elle été créée et portée aux nues...? et, question secondaire, pourquoi, malgré SOS-Racisme, le racisme n'a-t-il pas régressé-? Le véritable tabou, aujourd'hui en France, c'est bien le sentiment national, ringardisé, extrême-droitisé, lepénisé, nazifié... Et ceux qui, par vacuité de pensée, ont procédé à ces amalgames depuis plus de vingt ans sont désormais prisonniers de leurs caricatures et INCAPABLES de débattre de ce que représente la nation comme héritage et comme projet collectif - M.R.].

Identit__nationale_couv_d_f


le débat sur l'identité nationale n'est pas un débat nationaliste

réponse à Esther Benbassa par Michel Renard

- L'Humanité (Mina Kaci) : Pourquoi demandez-vous l’arrêt du débat sur l’identité nationale, alors qu’Éric Besson s’entête à vouloir le poursuivre ?

Esther Benbassa : Nous n’appelons pas à cesser de débattre mais à conduire un autre échange qui ne porte pas sur l’identité nationale et qui serait une sorte de radiographie de la France. Il faut sortir de ce débat stérile sur l’identité nationale rappelant les discussions des années trente lorsque les ligues fascistes criaient? : «La France aux Français !»
[Réponse : pauvre argumentaire...! Quand Braudel signe son dernier ouvrage "L'identité de la France", faisait-il une concession à l'extrême-droite des années 1930...? Les gens comme Esther Benbassa sont tellement accrochés à une Gauche atone qui a renoncé à presque toutes ses convictions et ses ambitions, qu'ils ont réduit le débat politique au "danger du Front national", seul parti à évoquer depuis 25 ans la symbolique nationale. Résultat, ils ont oublié que l'attachement à l'identité nationale était une idée politique légitime et encore vivace dans de larges fractions des couches populaires
- M.R.].

9782081218826


- Vous dites que ce débat sur l’identité nationale est dangereux..

Esther Benbassa : Il est dangereux d’abord parce qu’il caresse les mauvais instincts des gens et fait sauter le tabou du racisme. Des personnes osent dire à haute voix ce qu’elles écrivaient anonymement. Il n’est qu’un cache-misère pour parler de l’autre, de l’immigré qui ne ferait pas partie de l’identité nationale. De plus, ce débat est tourné contre l’islam comme l’était l’antisémitisme contre les juifs au XIXe siècle. Or on sait à quoi avait abouti l’antisémitisme des années trente.

[Réponse : débat tourné contre l'islam...? quelle caricature...! critiquer le communautarisme, le port du voile, de la burqa serait critiquer l'islam...? c'est bien ce que disent tous les fanatiques islamistes et fondamentalistes... Esther Benbassa est sur la même ligne...
Le parallèle avec l'antisémitisme est totalement infondé : l'antisémitisme est un racisme haineux mobilisant des préjugés ; la critique du fondamentalisme islamique se fait au nom des idéaux universalistes, au nom de l'émancipation de la femme, au nom de la laïcité... Il ne reste plus à Esther Benbassa qu'à dire que ces dernières références doivent être abandonnées au nom d'un multiculturalisme a-critique, au nom d'un relativisme honteux des progrès réalisés en Occident en faveur des libertés indiividuelles
- M.R.].

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir


En quoi consiste précisément l’« autre débat » que vous appelez de vos vœux ?

Esther Benbassa : On veut un débat sur la France telle qu’elle existe aujourd’hui, avec des états généraux, des colloques et bien d’autres initiatives. Il faut réécrire les manuels scolaires, l’histoire, car, dans la saga nationale qu’est l’histoire de France, il y a celle des anciens colonisés et celle des immigrés. La décolonisation n’a toujours pas été digérée. Il faut recentrer la réflexion vers d’autres enjeux et proposer de façon concrète des outils de compréhension pour les populations. Et expliquer que le débat sur l’identité nationale est un débat nationaliste, qui cache le déficit de la France, le chômage et les luttes sociales. C’est un débat typiquement politicien, électoraliste à la veille des régionales
[Réponse : "
le débat sur l’identité nationale est un débat nationaliste"... c'est ce qu'on dit quand on ignore l'histoire de France, quand on voudrait bien contrer la Droite mais qu'on n'a aucun argument sur ce thème, quand on a oublié que le patriotisme naît à Gauche sous la Révolution française et que la Gauche l'a toujours porté jusqu'à il y a une trentaine d'années.
Le "déficit, le chômage, les luttes sociales"... voilà... Pour Esther Benbassa et une majorité de gens de Gauche, n'existe que la question sociale...! Et ces gens font profession de "sciences sociales"...! quel matérialisme sommaire, quel réductionnisme grossier... L'attachement national ne serait qu'un "faux sentiment" peut-être ? Et elle propose de réécrire les manuels d'histoire... Mais Esther Benbassa ignore l'histoire de France, la profondeur des liens qui rattachent notre "société" à son passé, à des structures anciennes dont toute l'école historique française a montré, depuis deux siècles, la pertinence... Qu'elle les ouvre donc ces ouvrages avant de prétendre les réécrire...!
- M.R.].

9782020361842FS
toute l'école historique française
a parlé de la France, de l'identité française...

mais de nombreux sociologues ignorent

les travaux des historiens, persuadés qu'ils sont
de la toute-puissance de leur grille d'analyse

- En prônant un «autre débat», n’est-ce pas d’une certaine manière le fait de rester dans le débat sur l’identité nationale que vous condamnez ?

Esther Benbassa : Nous n’avons jamais parlé de l’identité nationale et n’avons pas l’intention de le faire. Mais il existe bien une question sur ce qu’est la France aujourd’hui et on ne doit pas éviter d’y répondre. L’identité nationale est un jeu de mots pour désigner le «vrai» Français. Et le «vrai» est celui qui n’est pas immigré, qui n’est pas noir, pas arabe, celui qui n’est pas musulman. Au contraire, notre collectif regarde vers l’avenir et on estime qu’il y a un roman national à réécrire avec les histoires de ceux qui composent ce pays. Qui aujourd’hui peut dire qu’il a une seule identité ? La question même est absurde, elle nous dépasse. De plus, un débat, cela se prépare, cela se réfléchit et cela regarde l’avenir. Or le débat lancé par Éric Besson est de nature conjoncturelle.
[Réponse : Personne ne parle de "vrai Français" sauf les gens comme Esther Benbassa avec le vain espoir de discréditer le débat en cours auquel ils ne savent pas participer.
Croire qu'il ne s'agit, de la part du gouvernement, que d'une tactique en vue des élections régionales..., c'est une hypothèse que rien ne peut étayer parce que PERSONNE ne peut dire, à l'avance, ce qui sortira de ces élections ni quels facteurs d'actualités peuvent influencer alors les électeurs...
"Qui peut dire qu'il a une seule identité", avance Esther Benbassa comme si c'était un argument massue... Mais c'est un pont-aux-ânes... Personne, là encore, ne dit que chaque individu n'a qu'une seule identité. On dit qu'il y a une identité nationale qui fait que la France se distingue, par exemple, de l'Allemagne, de l'Angleterre, de l'Algérie ou du Mali... Mais voilà, pour ces "sociologues", la seule unité d'analyse, c'est l'individu... Ils ont bien besoin de fréquenter les thèses d'histoire sociale produites depuis un siècle, pour renouer avec la complexité du social, pour comprendre que le "national" ne se réduit pas au nationalisme].

Entretien réalisé par Mina Kaci
publié dans L'Humanité le 5 janvier 2010.



9782081223257
pour avoir consacré son dernier ouvrage
à l'identité nationale, l'historien Fernand Braudel
n'est pas un nationaliste...



- retour à l'accueil