mardi 27 octobre 2009

interview de Daniel Lefeuvre, 27 octobre 2009, Le Point

66331_identite_nationale_une

      

INTERVIEW DE L'HISTORIEN DANIEL LEFEUVRE

"L'identité nationale est l'affaire


de tous"

propos recueillis par Chloé Durand-Parenti


Identit__nationale_couv_d_fLe ministre de l'Immigration Éric Besson a annoncé dimanche son intention de lancer, dès le mois de novembre, un grand débat sur l'identité nationale. Daniel Lefeuvre, professeur d'histoire à l'université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis et coauteur de Faut-il avoir honte de l'identité nationale ? *, répond aux questions du point.fr.    
          
lepoint.fr : Un débat sur l'identité nationale est-il nécessaire ?    
 
Daniel Lefeuvre : Ce débat a lieu parce que lors des dernières élections présidentielles les deux candidats en lice pour le second tour, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, ont tous les deux fait campagne sur cette question. La candidate socialiste a même proposé de mettre des drapeaux tricolores à nos fenêtres. Mais, jusque-là, il y avait beaucoup de non-dits. Le fait qu'Éric Besson s'engage dans la clarté, que chacun puisse s'exprimer, me semble plus sain, mieux qu'un débat larvé qui peut générer des effets nauséabonds. Cela me paraît positif que l'État offre cet espace de débat sur une question centrale à laquelle la France est confrontée.
   
Le président du MoDem François Bayrou estime que l'identité nationale est "comme l'histoire, qu'il n'appartient pas aux politiques de l'accaparer". Qu'en pensez-vous ?    
C'est évidemment l'affaire des politiques. L'État a toujours été un des acteurs majeurs de la construction de l'identité nationale. Celle-ci s'est faite autour de l'État depuis le Moyen Âge, depuis les serments de Strasbourg de 842, en passant par Philippe Auguste, Saint Louis, Philippe Le Bel et, bien sûr, François Ier, avec l'édit de Villers-Cotterêts 1539 qui impose le français dans les actes officiels de la monarchie. Les historiens sont légitimes tout autant que les syndicalistes, comme l'ensemble des citoyens. L'identité nationale est l'affaire de tous. Il n'y a pas de raison que telle ou telle catégorie de personnes en soit exclue.
   
Un tel débat a-t-il déjà été mené par le passé ?    
L'histoire de France est pleine de ces débats. Cela s'est vu notamment au moment de la Révolution française. Quand on discute de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, quand on réfléchit sur les institutions, quand on parle abolition de l'esclavage : on débat bien évidemment de ce sur quoi la France doit reposer et de ce qui la constitue. De même, quand on examine plus tard la question de la laïcité pour aboutir à la loi de 1905. Chaque fois, cela revient à poser la question de ce qu'est la France.
   
Quand le ministre de l'Immigration, Éric Besson, affirme que la burqa est "contraire aux valeurs de l'identité nationale", on a le sentiment qu'il définit celle-ci par l'exclusion. Cela vous choque-t-il ? Copia_de_trovadores   
Il y a des choses qui font partie de l'identité nationale. Il faut réaffirmer le côté positif de celle-ci. Mais, là, on voit bien que l'on entre dans le débat politique. En même temps, l'immense majorité des Français est hostile au port de la burqa, non pas tant d'ailleurs pour des raisons religieuses, mais parce que la France est historiquement le pays des femmes, le pays de la dame, le pays de la courtoisie. Déjà au XVIIe et au XVIIIe siècle, les voyageurs anglais étaient frappés par la place centrale occupée par les femmes dans la civilisation française. Or, la burqa tend au contraire à exclure les femmes. C'est pourquoi il faut affirmer la valeur de la laïcité, créer un espace apaisé et interdire la burqa pour qu'hommes et femmes partagent ensemble cet espace.
   
Qu'est-ce qui fait que l'on se sent français, notamment quand votre histoire familiale s'inscrit dans un autre pays ?    
L'intérêt de l'identité nationale et de la nation française, c'est qu'elles excluent l'identité raciale. L'identité nationale française est ouverte. Tout le monde peut devenir français. Tout le monde a la possibilité de participer à l'histoire de ce pays. Ce qui fait que l'on se sent français, c'est, je crois, le fait de partager la langue et un certain nombre de valeurs produites par l'histoire de France.
   
Comment expliquer que de jeunes Français d'origine étrangère, nés sur le territoire national, ne parviennent pas à s'approprier cette identité ?    
La France d'aujourd'hui a, en partie, renoncé à la politique d'assimilation, héritée du volontarisme républicain de la IIIe et d'une partie de la IVe république. On valorise le multiculturalisme, la pluralité des identités, au lieu de valoriser l'appartenance commune.
Or, un pays qui a du mal à être fier de lui-même, qui se délite parfois dans l'Europe, dans le régionalisme ou dans les communautarismes, est un pays qui attire relativement peu. Il convient toutefois de nuancer ce diagnostic. Car, il y a beaucoup de jeunes, nés en France, de parents ou de grands-parents venus d'ailleurs, qui sont aujourd'hui parfaitement intégrés et porteurs de cette culture française qu'ils ont eux-mêmes enrichie. L'identité française est un héritage pluriséculaire, mais c'est un héritage vivant. Chaque génération l'enrichit avec ses propres apports. Je dis bien : elle l'enrichit, mais elle ne la refonde pas.

France___la_fin_du_Xe_si_cle
le domaine royal au XIe siècle : l'État a toujours été
un des acteurs majeurs de la construction de l'identité nationale

   
Comment peut-on renforcer l'identité nationale ?    
Le rôle de l'école me paraît tout à fait central et, notamment, la place de la langue française, avec ses règles et avec ses contraintes. Il faut aussi renforcer l'enseignement de la littérature et de l'histoire. J'ai entendu Éric Besson rappeler le rôle central de l'histoire. Dans le même temps, je m'inquiète du fait que, dans le concours du professorat des écoles, on veuille supprimer l'histoire comme discipline obligatoire. Il y a là quelque chose de contradictoire dans la politique du gouvernement.
De même, la diminution des postes au CAPES et à l'agrégation d'histoire, ou de littérature, me semble un mauvais signal. L'assimilation doit être aussi professionnelle. Or, il y a des discriminations à l'embauche, au logement, qui touchent certains jeunes issus de l'immigration africaine ou nord-africaine et qui sont contraires aux valeurs de la République, que celle-ci ne fait pas suffisamment respecter. On a là des éléments de troubles très forts. Enfin, il existe de véritables ghettos, à la fois sociaux et ethniques, que la République a laissés, à tort, s'ancrer dans son territoire.
   
N'est-il pas décalé de parler d'identité nationale alors qu'on cherche à impulser une identité européenne ? Est-ce contradictoire ?    
Qu'il y ait des fondements culturels communs dans les racines gréco-judéo-latino-chrétiennes de l'Europe : très bien. Mais il n'y a pas encore d'identité européenne. Peut-être que cela se fera. La nation est un produit historique, elle peut disparaître. L'Europe est un produit historique, elle peut se développer. Mais, pour l'instant, on n'en est pas là. Quant aux identités régionales, elles ne sont en rien incompatibles avec l'identité nationale. Justement, ce qui est intéressant avec l'identité française, c'est qu'elle ne s'oppose pas aux identités régionales, mais qu'elle les surplombe.

* Faut-il avoir honte de l'identité nationale ? de Daniel Lefeuvre et Michel Renard, paru en octobre 2008, aux éditions Larousse dans la collection "À dire vrai".

source

Identit__nationale_couv_d_f

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 17 octobre 2009

Jean-François Copé : "La nation se fissure en silence"

Diapositive1


renouveler

le thème de l'identité nationale

Jean-François Copé


(...) le premier défi, celui qui sera le plus structurant, c'est la question de l'identité française. La nation se fissure en silence parce qu'il n'y a pas de discours sur l'identité. Ce thème, tel qu'il avait été traité en 2007, doit être profondément renouvelé et retravaillé.

Parce que le FN pourrait se le réapproprier ?
Il s'en est nourri, car, depuis vingt ou trente ans, nous avons commis collectivement l'erreur de ne pas expliquer ce que cela veut dire être français aujourd'hui. On a eu peur. On a nié l'évolution sociologique de notre population, sur le plan de sa composition, de ses origines, de ses pratiques religieuses, de ses modes de vie. Pendant ce temps, la société française a continué à bouger et à se développer sans repères.
La population issue de l'immigration de la seconde moitié du XXe siècle, qui en est maintenant à sa troisième génération, n'a toujours pas reçu les codes d'accès. Cela a conduit à un malentendu croissant au sein d'une population composée de gens qui sont tous français mais qui, parce qu'ils n'ont pas eu les repères nécessaires, ne se parlent pas, ne s'écoutent pas, ne se respectent pas. L'insuffisance du dialogue interreligieux en est un exemple.

Il existe depuis 2007 un ministère de l'intégration et de l'identité nationale. Il a échoué ?
C'est l'échec de trente années de politiques en ce domaine.

Comment réussir l'intégration ?
Il faut que l'on positive le fait d'être une population aussi diverse que l'est devenue la nôtre, qu'on le vive comme une chance. Que l'on arrête de vouloir faire croire à nos enfants que nos ancêtres étaient tous des Gaulois. Ce qui compte, c'est que chaque Français, quelles que soient sa date d'arrivée en France, son origine ou sa religion, a de la valeur et apporte ce qu'il a de mieux pour notre pays. Un exemple : au lycée, on peut choisir en option de très nombreuses langues, mais il est quasi impossible d'apprendre l'arabe, alors que cela pourrait être un fantastique atout économique. Résultat, ce sont des intégristes dans des caves qui s'en chargent.

Pourquoi réclamez-vous une loi sur le port de la burqa ?
La burqa, ce sont des intégristes qui veulent tester la République. Si on ne fait rien, on va laisser se banaliser un phénomène qui est contraire à nos principes. La réflexion sur l'identité française est indissociable de celle sur la place des femmes dans la société. Avec mes collègues députés, nous prendrons dans les semaines qui viennent des initiatives fortes sur ce sujet, notamment pour favoriser leur promotion dans le monde économique. Notre discours doit être adossé sur deux mots : humanité et rassemblement. Nicolas Sarkozy a une formule pour caractériser les Français : "Ils sont monarchistes et régicides." Il a raison, mais c'est une lecture de la société qui se réfère à 1793. Depuis, il y a eu des vagues d'immigration, et je ne suis pas sûr que 1793 reste pour les Français la référence. (...)

Le Monde, 17 octobre 2009

_____________________________________________________



commentaire

On approuvera le constat d'une nation qui se fissure, la défaillance (mais pas l'échec total, loin de là...) dans la remise aux immigrés des "codes d'accès", la nécessité d'inculquer des "repères nécessaires". Mais la phrase qui "positive le fait d'être une population aussi diverse" est ambiguë. Et semble inscrire en acquis ce qui était, plus haut, évoqué comme manque... La diversité n'est pas, en soi, positive. Cela dépend de la dynamique entre intégration/assimilation et diversité.

Michel Renard

Enfats_ds_ls_arbres
Des enfants dans les arbres, film de Bania Medjbar (2009)

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 juillet 2009

1880 : première fête nationale du 14-juillet

arc94_paris_001z



14 juillet 1880

première fête nationale du 14-juillet



Contexte historique

 

Instauration de la fête nationale

Devant le renforcement de la majorité républicaine aux élections de 1879, le royaliste Mac-Mahon, découragé, démissionne de la présidence de la République et est remplacé par un vieux républicain modéré, Jules Grévy (1807-1891). Désormais à toutes les commandes du pouvoir, les républicains prennent simultanément des mesures symboliques : transfert du siège des pouvoirs publics de Versailles (1871) à Paris (1879), amnistie accordée aux condamnés de la Commune (10 juillet 1880), adoption de La Marseillaise comme hymne national (1879) et du 14 juillet pour fête nationale (6 juillet 1880).

Cette première fête nationale se veut à la mesure de l’événement, à Paris comme en province, mais veille à ménager les opinions locales comme à Angers, dans le Maine-et-Loire, département catholique et conservateur[1]. Le vote pour la « République » a rassemblé les partisans de la liberté et de la laïcité qui veulent établir sans délai l’égalité par le suffrage universel et une véritable souveraineté populaire. Cependant la France de 1880 n’est ni unanime ni paisible, et les nouveaux gouvernants n’affichent pas ouvertement leur doctrine : l’heure n’est pas à la propagande, mais à l’opportunisme républicain.

Partout le programme de la fête adopte le même rituel : concerts dans les jardins, décoration de certaines places, illuminations, feux d’artifice et distributions de secours aux indigents. À Paris doit dominer la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée, à Longchamp.

 


 

Analyse de l'image

 

Le 14 juillet 1880 à Paris

La lithographie anonyme publiée à Paris s’adresse à la clientèle populaire désireuse d’emporter un souvenir de la fête. Cet exemplaire est même enjolivé de pastilles d’argent rehaussant les initiales républicaines. Marianne (la République) qui préside à la cérémonie en arbore le drapeau tricolore et l’épée, mais son bonnet phrygien orné d’une cocarde tricolore constitue un signe plus frappant pour les contemporains. Cet attribut révolutionnaire de la Liberté encore officiellement interdit[2], même si la couronne de lauriers l’atténue quelque peu, révèle l’audace du courant radical et expressionniste qui porte alors la République dans la capitale. À Paris, l’opinion de la rue dépasse en hardiesse les hommes politiques : on expose la Marianne partout, sur les appuis de fenêtre, sur les marchés, et on l’y met avec son bonnet.

La remise des drapeaux à l’hippodrome de Longchamp a visiblement été imaginée sans connaître le déroulement de la fête grandiose qu’illustrera Édouard Detaille (1848-1912). La cérémonie se veut le symbole du renouveau de l’armée française au lendemain de la guerre de 1870. Les régiments reconstitués après la chute de la Commune avaient reçu un drapeau provisoire en 1871. Leur emblème définitif n’est choisi qu’au début de 1879, et c’est le 14 juillet 1880 qu’ils reçoivent du président de la République les emblèmes qui sont encore aujourd’hui ceux de l’armée française.

Dans cette lithographie, les chefs du gouvernement, Jules Grévy, président de la République, Léon Say (1826-1896), du Sénat, et Léon Gambetta (1838-1882), de la Chambre (en dehors du dais) accomplissent leur rôle de représentants de la nation sur un mode naïf qui reflète sans doute la conception populaire du pouvoir républicain : ni personnel, ni arbitraire, ni viager, ni héréditaire.

Entre les nuages du ciel et ceux des canons d’artillerie, la prise de la Bastille commémore une aurore. La date qui vient d’être choisie pour fête nationale correspond, dans tous les esprits, à l’événement fondateur de 1789 et non à la fête de la Fédération nationale du 14 juillet 1790, invoquée lors des débats au Sénat.

À gauche, le vaisseau la Loire, qui assure la liaison maritime avec la Nouvelle-Calédonie, ramène les Communards déportés. Le régime républicain accueille ces « absents », qui s’étaient considérés comme l’avant-garde de la République dix ans auparavant. Cette amnistie répond à l’action pressante menée par Victor Hugo au Sénat[3] et aux aspirations sociales du petit peuple de Paris : au-delà de l’égalité, l’esprit d’humanité et de fraternité imprègne le programme républicain.

Le 14 juillet 1880 à Angers

À Angers, la municipalité républicaine du maire Jules Guitton a fait voter un crédit exceptionnel dont aucun des 14-Juillet suivants n’égalera le montant jusqu’en 1914. L’affiche imprimée en couleur à cette occasion annonce largement les festivités placées sous l’égide de la République, sculptée en 1876 par Angelo Francia, dont la ville d’Angers a acquis un buste en plâtre en 1878[4]. Cette Marianne qui porte l’étoile au front et la couronne de laurier se démarque de tout symbole révolutionnaire provocant. Au centre, l’affiche prend tout de même soin de rappeler la réalité politique : « La République est le gouvernement légal du pays », associant à cette devise la mémoire de Thiers, l’ancien président républicain décédé en 1877. Elle met aussi en relief le progrès, symbolisé par le chemin de fer et le bateau à vapeur.

Des attractions nombreuses et diverses, identifiées au bas de l’affiche, sont proposées dans les entrelacements de feuilles de chêne et de laurier. En fait, ce programme reçoit quelques prudents aménagements. La revue militaire est supprimée, l’armée ne souhaitant pas être associée à la fête ; son approbation du régime n’est pas partout totale. Dans l’ensemble, la fête est accueillie fraîchement, à l’exception de la brillante fête vénitienne sur la Maine, qui remporte un grand succès.

 


 

 

Interprétation

 

Les deux visages de Marianne

La République s’implante dans le décor et dans les mentalités. La victoire politique déborde du domaine politico-institutionnel au domaine quotidien et aux représentations populaires et folkloriques. Mais on ne peut alors prévoir jusqu’à quel degré d’extension et, moins encore, pour combien de temps.

Après quatre-vingt dix ans de bouleversements, c’est bien au triomphe de la Révolution qu’on assiste mais il se fait sans apparition d’images officielles de la République ni du nouveau président Jules Grévy. L’image publiée à Paris exprime la symbolique spontanée de la masse du parti démocratique tandis que l’affiche d’Angers présente, sous l’égide du progrès et de la neutralité, le programme d’une municipalité républicaine qui ménage les divergences d’opinions.

La victoire républicaine que symbolise la Marianne adopte un visage différent selon les contextes : à Paris, sous le bonnet phrygien, c’est une Marianne “ de gauche ” dans laquelle les élites ne peuvent se reconnaître, tandis qu’à Angers, l’étoile et les lauriers ornent une Marianne “ de droite ”. Mais le contenu subversif du bonnet s’effacera bientôt, le transformant en emblème commun de la République.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS
source




- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 mai 2009

Faut-il jeter la nation aux orties ?

rue_Montorgueil
Claude Monet, Rue Mon­tor­gueil, 1878.


faut-il jeter la nation aux orties ?

Anton WAGNER

Cette pein­ture impres­sion­niste de Monet con­vient par­fai­te­ment au sujet de ce billet qui, vous l’aurez com­pris à la lec­ture du titre, par­lera de la nation et de l’iden­tité natio­nale. Il sied bien plus que le tableau par­fai­te­ment con­tem­po­rain d’Édouard Manet, La Rue Mos­nier aux dra­peaux, qui porte sur le même évè­ne­ment : la clô­ture de l’expo­si­tion universelle orga­ni­sée par la France en 1878. On verra aisé­ment que ce tableau plus dépouillé et mélan­co­li­que que celui de Monet, n’est pas à même d’illus­trer l’idée centrale de ce billet.

L’idée natio­nale, aujourd’hui, est une ban­nière en berne. À tel point que dans de nombreux milieux intel­lec­tuels et asso­cia­tifs, il est devenu sus­pect de par­ler d’iden­tité natio­nale ; oser affir­mer l’exis­tence d’une pareille identité serait mar­cher sur les pavés escarpés du natio­na­lisme, de la xéno­pho­bie et du racisme vers l’enfer de la haine et de la guerre ; la nation serait l’anti-cham­bre iné­vi­ta­ble du natio­na­lisme mala­dif que l’on voit promu par tous les Le Pen de France…

C’est le cons­tat que dres­sent Daniel Lefeu­vre et Michel Renard dans un petit livre bien docu­menté, Faut-il avoir honte de l’iden­tité natio­nale ?, publié dans la col­lec­tion «À dire vrai» diri­gée par Jac­ques Mar­seille chez Larousse. Les deux auteurs scru­tent cette aversion pour la nation et la démon­tent point par point, mon­trant avec éclat que la fierté d’être Fran­çais n’est en rien un replie­ment sur soi, ni un mépris affi­ché des identités natio­na­les étran­gè­res.

Prise_de_la_Bastille
Prise de la Bastille, tableau de Jean-Pierre Houël (1735-1813)

Les deux auteurs refon­dent dans le temps l’iden­tité natio­nale. Loin d’être une inven­tion récente de la fin du XVIIIe s., du moins en France, l’iden­tité natio­nale plonge ses raci­nes dans le Moyen Âge. Un évè­ne­ment en particulier, la guerre de Cent Ans, mar­que clai­re­ment l’émer­gence d’une iden­tité fran­çaise qui se veut dis­tincte de l’Angle­terre et qui s’oppose au seul prin­cipe d’obéis­sance dynas­ti­que, qui aurait exigé la sou­mis­sion aux Anglais. Or, les éli­tes poli­ti­ques et socia­les du royaume, comme le peu­ple lui-même, rejet­tent très lar­ge­ment la domi­na­tion anglaise au motif d’une iden­tité com­mune bafouée par l’enva­his­seur.

Si, au moment de l’extinc­tion des Capé­tiens directs, les barons fran­çais écar­tè­rent la can­di­da­ture du roi d’Angle­terre, c’est parce qu’il était étran­ger ; durant l’occu­pa­tion anglaise, nom­breux les pay­sans qui pri­rent les armes pour lui résis­ter, si bien que 90% des exé­cu­tés par les Anglais furent des pay­sans de toute con­di­tion ; ceux qui collaboraient avec les Anglais furent dénon­cés comme des Fran­çais reniés, par oppo­si­tion aux bons Fran­çais qui, eux, leur résis­taient. La guerre de Cent Ans est donc l'avènement, dès les XIVe-XVe s., d’une cons­cience natio­nale en France que l’on aurait tort de croire vivante uni­que­ment dans les hau­tes sphè­res édu­quées et poli­ti­sées de la société.

Chose ancienne, l’iden­tité natio­nale n’est pas chose hon­teuse. Les auteurs relè­vent le piquant para­doxe que, sou­vent, ceux qui en France con­tes­tent l’iden­tité natio­nale le font au nom d’iden­ti­tés natio­na­les étran­gè­res. Ces iden­ti­tés natio­na­les-là cho­quent bien moins leur cons­cience, pour­quoi ce qui sem­ble natu­rel dans d’autres pays, en par­ti­cu­lier les ancien­nes colo­nies, serait-il inad­mis­si­ble en France ? C’est bien une cri­ti­que de la repen­tance qu’il faut faire ici, et qu’a déjà faite Daniel Lefeu­vre dans un autre ouvrage, Pour en finir avec la repen­tance colo­niale.

Fete_de_la_federation_panorama
Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

En sui­vant pas à pas la cons­truc­tion de l’iden­tité natio­nale fran­çaise, en pas­sant par sa cris­tal­li­sa­tion durant la Révo­lu­tion de 1789, et jusqu’à la défi­ni­tion lumi­neuse don­née par Ernest Renan dans sa con­fé­rence à la Sorbonne en 1882, le livre mon­tre que cette cons­truc­tion n’a rien d’anti-huma­niste. Au con­traire même, l'identité natio­nale fran­çaise se cons­truit sur des valeurs uni­ver­sa­lis­tes, si bien que Mau­rice Agul­hon a pu écrire que la France est ce pays qui eut l’uni­ver­sel en son par­ti­cu­lier. En d’autres ter­mes, défen­dre cette iden­tité nationale, c’est défen­dre les valeurs huma­nis­tes et libé­ra­les de 1789 ; de quoi pour­rait-on avoir honte, en effet ? Les auteurs ont bien rai­son de rap­pe­ler que le patrio­tisme fut tout autant de gau­che que de droite, des gens si peu sus­pects d’extrémisme comme Vic­tor Hugo et Jean Jau­rès n’avaient pas honte de se dire Français.

Même un Paul Dérou­lède se défiait du mot «natio­na­lisme» et reje­tait, au sein de la Ligue des Patrio­tes qu’il avait fondé avec d’autres en 1882, et à laquelle avaient adhéré des per­son­na­li­tés d’hori­zons dif­fé­rents, toute réfé­rence à l’anti­sé­mi­tisme. Comme le mon­tre le livre, que ce soit en 1848 ou dans les années 1880, les patrio­tes répu­bli­cains ont tou­jours eu claire cons­cience de la limite à ne pas faire fran­chir au natio­na­lisme, le tem­pé­rant tou­jours par un uni­ver­sa­lisme qu’ils con­ce­vaient plus comme une con­ti­nuité de l’appar­te­nance natio­nale que comme une force anta­go­niste. Ils firent donc la démons­tra­tion que l’on peut faire l’expé­rience d’un patriotisme ouvert.

quand on réécrit Jaurès...

À pro­pos de Jean Jau­rès, Lefeu­vre et Renard relè­vent une erreur pour le moins cocasse d’un con­temp­teur de l’idée natio­nale. Blaise Wil­fert-Por­tal, dans un livre dénon­çant Sarkozy, Com­ment Nico­las Sar­kozy écrit l’his­toire de France, cite Jau­rès en ces ter­mes : «la nation porte la guerre en son sein comme la nuée porte l’orage.» Or, la cita­tion prêtée à l’illus­tre socia­liste est : «le capi­ta­lisme porte la guerre en son sein comme la nuée porte l’orage» ; la véri­ta­ble phrase, pro­non­cée en 1907 à l’Assem­blée natio­nale, étant, comme sou­vent avec les mots d’his­toire, un peu dif­fé­rente et plus lon­gue : «Tou­jours votre société vio­lente et chao­ti­que, même quand elle veut la paix, même quand elle est à l’état d’appa­rent repos, porte en elle la guerre comme la nuée dor­mante porte l’orage.» Cette erreur en dit long sur l’état de con­fu­sion intel­lec­tuelle de ceux qui, contre toute évi­dence his­to­ri­que, ins­trui­sent un pro­cès à charge con­tre l’iden­tité nationale – la dénon­cia­tion de La Mar­seillaise comme chant raciste en est un autre exem­ple.

On objec­tera le natio­na­lisme de Bar­rès et de Maur­ras, ainsi que l’écla­te­ment de la Grande Guerre. Mais le livre fait litière de ces accu­sa­tions. La pous­sée natio­na­liste de la fin du XIXe s. se nour­rit plus des imper­fec­tions insti­tu­tion­nel­les de la IIIe Répu­bli­que que de l’iden­tité natio­nale.

Mau­rice Bar­rès fait pas­ser une foule de préoc­cu­pa­tions socia­les avant de s’inté­res­ser à la nation et de lui donner sa fameuse défi­ni­tion : la terre et les morts. Maur­ras, quant à lui, s’atta­que bien en pre­mier lieu à la Républi­que, pour lui pré­fé­rer la monar­chie ; c’est la haine de la Répu­bli­que qui nour­rit son natio­na­lisme xéno­phobe et anti­sé­mite, non pas la sim­ple iden­tité natio­nale fran­çaise – les auteurs auraient pu ajou­ter que tous les mem­bres de l’Action fran­çaise n’étaient pas anti­sé­mi­tes, comme Jac­ques Bain­ville.

Enfin, con­cer­nant l’écla­te­ment de la Grande Guerre, les auteurs rap­por­tent que les peuples, en 1914, ne désiraient pas la guerre. Sans doute la cons­cience natio­nale explique-t-elle l’accep­ta­tion déter­mi­née du con­flit, mais tout autant que l’impres­sion d’être injustement agressé par l’ennemi, sen­ti­ment assez extra­or­di­nai­rement res­senti par tous les peu­ples bel­li­gé­rants. Les auteurs sug­gè­rent aussi que si la France tint sur la Marne en 1914, alors qu’elle s’effon­drait en juin 1940, c’est grâce à une solide foi natio­nale qui fut per­due par la suite.

Paris140745_1
14 juillet 1945, place de la Bastille

J’arrête ici le recen­sion de l’ouvrage, bien qu’il y ait beau­coup à dire encore. Je me pose beau­coup la ques­tion de la con­ci­lia­tion de mon libé­ra­lisme avec l’iden­tité natio­nale de mon pays.

J’acquiesce au livre de Lefeu­vre et Renard car il me sem­ble plus juste intel­lec­tuel­le­ment que les sour­des menées décons­truc­tri­ces des repen­tants. Je fré­mis aussi au modèle de société qu’ils veu­lent voir triom­pher : le mul­ti­cul­tu­ra­lisme ne m’ins­pire rien de bon. J’ai bien cons­cience, éga­le­ment, de l’impor­tance de l’idée natio­nale pour l’assi­mi­la­tion la plus par­faite des immi­grés. Mais faut-il aller plus loin ?

Être fier de son iden­tité fran­çaise ne fait pas d’une per­sonne un affreux xéno­phobe rempli de haine.

C’est sans ris­que exces­sif que l’appar­te­nance natio­nale peut être célé­brée comme une fête, c’est une lubie de l’esprit que de croire le con­traire. Pour ce qui me con­cerne toutefois, à titre stric­te­ment per­son­nel, je ne sais si je peux, en toute cohé­rence et dans quelle mesure, faire coha­bi­ter cette fierté natio­nale avec un libé­ra­lisme qui tend à confi­ner à l’anar­chisme.

Anton Wagner
25 avril 2009
source : carnetsliberaux.fr


2___Claude_MONET___Effet_d_automne_a_Argenteuil
Claude Monet, Effets d'automne à Argenteuil, 1873

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 mai 2009

endoctrinement ou civisme ?

Diapositive1



endoctrinement fasciste ou civisme

républicain ?


Réponse à "Marmach" (forum l'Express) qui, à propos du retour des symboles républicains, écrit : "C'est inquiétant, bientôt, on fera défiler les enfants au pas. On créera de nouveau chants patriotiques. et les fascistes applaudiront."

Identifier toute éducation aux valeurs d'une société à de l'endoctrinement totalitaire est un abus. Ou alors, il faut en tirer la conclusion, et professer un anarchisme intégral, une autogestion individuelle/communautaire des normes qui n'auront plus rien de sociales. Le résultat, ce sera la jungle et non la vie ensemble des citoyens d'une nation qui se reconnaissent un passé et qui se définissent un destin.

La confusion entre propagande fasciste et civisme républicain est insoutenable. Elle est née, on le sait bien, de la juste aversion pour les régimes de tyrannie (fascismes, soviétisme…) mais aussi des excès de l'individualisme démocratique apparus autour de 1968 et devenus aujourd'hui dominants dans la société en général (idéologie libérale-libertaire) comme à l'école (pédagogies non-directives) [1]. Mais, peut-on imaginer une société sans transmission institutionnelle des valeurs qui la fondent ?

Faire apprendre La Marseillaise à l'école ce n'est pas de la propagande, c'est enseigner l'origine de la démocratie contemporaine, c'est faire réfléchir aux conditions qui permettent aujourd'hui d'en garantir la perpétuation.

Michel Renard, professeur d'histoire,
co-auteur de Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?
(Larousse, 2008)


memoire1


[1] Les récents programmes pour l'école primaire prescrivent le retour de l'instruction civique : "(les élèves) découvrent les principes de la morale, qui peuvent être présentés sous forme de maximes illustrées et expliquées par le maître au cours de la journée (telles que “La liberté de l’un s’arrête où commence celle d’autrui”, “Ne pas faire à autrui ce que je ne voudrais pas qu’il me fasse”, etc.) et prennent conscience des notions de droit et de devoir."

Ce programme ne plaît pas
Ce programme ne plaît pas à ceux qui s'ingénient depuis trente ans à saper la légitimité de l'école qui transmettait des savoirs. Ainsi, un enseignant au lycée catholique Le Rebours à Paris, François Jarraud, reconverti dans l'animation informatique, n'est pas content : "Le retour de l'instruction civique c'est celui de la leçon de morale ou d'institutions. C'est revenir au catéchisme républicain,  à l'obéissance passive, aux formes extérieures du respect. Toutes choses qui sont bonnes sans doute. Mais sont-elles suffisantes ?". Eh bien, si déjà on pouvait s'assurer de cela, ce serait un sacré progrès !

arton11_6cdb2

Jarraud s'entête : "L'instruction civique peut-elle former des citoyens ? Dans L'école est-elle encore le creuset de la démocratie ?, P. Perrenoud s'interroge sur la construction de la citoyenneté. «L'école ne saurait former à la démocratie et au pluralisme par des méthodes autoritaires et sectaires… Elle ne saurait avoir prise sur l'apprentissage de la citoyenneté si elle se borne à quelques cours plus ou moins convaincants sur les droits de l'Homme». C'est par l'apprentissage du débat que les élèves peuvent devenir des citoyens capables d'entrer dans la société moderne".

Que de vice dans ces raisonnements ! Oui, les méthodes "autoritaires et sectaires" ne sont pas de bonnes méthodes. Mais la parole d'autorité est une bonne parole. Surtout quand elle provient d'un adulte qu'une institution (l'université) a formé pour qu'il soit en mesure d'apprendre aux autres.

celui qui "met l'enfant debout"
En bon républicain, je ne vois pas de danger à l'inculcation des valeurs du civisme. Je dis bien "inculcation". C'est-à-dire délivrance d'un enseignement dont la valeur, aux yeus de l'élève, provient du statut de son auteur : l'instituteur, le professeur qui transmet un savoir accumulé et réfléchi par les générations antérieures, vérifié par ses pairs et ouvert à la critique publique le cas échéant. N'était-ce pas la mission de l'instituteur, celui qui "met l'enfant debout" ?

On répondra : "c'est par l'apprentissage du débat que les élèves peuvent devenir des citoyens…" Ah bon…! Et d'où vient la pertinence d'une tel énoncé ? De quoi débattre si, au préalable, on ne dispose pas de références, de connaissances…? Ce n'est plus un débat, c'est une foire d'empoigne féroce où s'affrontent les ego de gamins qui cherchent à crier plus fort que les autres. Et puis, tous n'ont pas envie de débattre... Et c'est leur droit. Les silencieux, les timides, les réservés... sont-il condamnés à ne pas être des citoyens parce qu'il ne leur dit rien de "débattre" dans une salle de classe...?

Un enseignant du primaire de la région de Toulouse, Alain Refalo, dit refuser d'appliquer les programmes qui "constituent une régression sans précédent", selon lui. La vérité, c'est qu'en partisan des pédagogies Freinet, "coopératives" et autres lubies, il ne supporte pas d'avoir à effectuer son métier. Un métier qui œuvre à "instituer l’humanité dans l’homme" comme l'écrivait François Mauriac.

Alain Refalo n'est pas un instituteur qui "résiste" et "refuse d'obéir" comme il s'auto-glorifie sans modestie. C'est tout simplement quelqu'un qui a honte de sa profession et de ses exigences, qui substitue la démagogie à la responsabilité, qui sacrifie les élèves sur l'autel de théories pédagogistes jamais soumises à confrontation ni au moindre bilan.

la négation de la culture
Alain Refalo écrit : "je refuse de m'inscrire dans la logique d'une «Instruction morale et civique» aux relents passéistes. C'est une insulte faite aux enseignants et aux élèves de penser que l'inscription d'une règle de morale au tableau, apprise par cœur par les élèves, fera changer un tant soit peu leur comportement ! Aujourd'hui, plus que jamais nous avons besoin de mettre en place dans nos classes des dispositifs qui offrent aux élèves la possibilité de se connaître, de se rencontrer, d'échanger, de se respecter. (…) La priorité aujourd'hui est d'apprendre aux élèves à se respecter, à réguler positivement les inévitables conflits du quotidien par la parole, la coopération, la médiation. Aujourd'hui, comme hier, en conscience, j'ai fait le choix d'une éducation citoyenne qui permette aux élèves de découvrir leur potentiel créatif et émotionnel au service du mieux vivre ensemble".

Voilà l'horizon de l'école réduit à l'intercommunication de quelques élèves, à l'échange de leur potentiel (?) et de leurs émotions…! Alain Refalo veut enfermer les élèves dans le ghetto de leurs affects respectifs alors que la mission de l'école est de les mettre en rapport avec la culture, avec les humanités en général, avec le patrimoine de savoirs et d'œuvres légué par la civilisation qui nous a précédés.

Les "inévitables conflits du quotidien" doivent d'abord être ordonnés par la Loi, par la règle que l'adulte impose et explique. Et non par cette espèce de psychothérapie déstructurante et inquiétante pour les jeunes élèves. Cette "éducation citoyenne", c'est tout simplement du vent, une énième resucée des pédagogies non-directives qui ont produit ces gamins inattentifs et incapables du moindre effort. La négation de la culture au profit d'un impérialisme de la psychologie et de la communication.

Michel Renard

SV202632_2
garder un objet trouvé, c'est voler

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 24 mai 2009

"entre ici Jean Moulin avec ton terrible cortège..."

malraux


discours du transfert des cendres

de Jean Moulin

au Panthéon, 19 décembre 1964

André MALRAUX


"entre ici Jean Moulin avec ton terrible cortège..."

jean_moulin
Jean Moulin avant guerre

- voir la partie finale du discours d'André Malraux


malraux_moulin



Monsieur le Président de la République,

Voilà donc plus de vingt ans que Jean Moulin partit, par un temps de décembre sans doute semblable à celui-ci, pour être parachuté sur la terre de Provence, et devenir le chef d'un peuple de la nuit. Sans la cérémonie d'aujourd'hui, combien d'enfants de France sauraient son nom ? Il ne le retrouva lui-même que pour être tué ; et depuis, sont nés seize millions d'enfants...

Puissent les commémorations des deux guerres s'achever aujourd'hui par la résurrection du peuple d'ombres que cet homme anima, qu'il symbolise, et qu'il fait entrer ici comme une humble garde solennelle autour de son corps de mort. Après vingt ans, la Résistance est devenue un monde de limbes où la légende se mêle à l'organisation. Le sentiment profond, organique, millénaire, qui a pris depuis son action légendaire, voici comment je l'ai rencontré.

Dans un village de Corrèze, les Allemands avaient tué des combattants du maquis, et donné ordre au maire de les faire enterrer en secret, à l'aube. Il est d'usage, dans cette région, que chaque femme assiste aux obsèques de tout mort de son village en se tenant sur la tombe de sa propre famille. Nul ne connaissait ces morts, qui étaient des Alsaciens. Quand ils atteignirent le cimetière, portés par nos paysans sous la garde menaçante des mitraillettes allemandes, la nuit qui se retirait comme la mer laissa paraître les femmes noires de Corrèze, immobiles du haut en bas de la montagne, et attendant en silence, chacune sur la tombe des siens, l'ensevelissement des morts français. Ce sentiment qui appelle la légende sans lequel la résistance n'eut jamais existé et qui nous réunit aujourd'hui c'est peut-être simplement l'accent invincible de la fraternité.

Comment organiser cette fraternité pour en faire un combat ? On sait ce que Jean Moulin pensait de la Résistance, au moment où il partit pour Londres : «Il serait fou et criminel de ne pas utiliser, en cas d'action alliée sur le continent, ces troupes prêtes aux sacrifices les plus grands, éparses et anarchiques aujourd'hui, mais pouvant constituer demain une armée cohérente de parachutistes déjà en place, connaissant les lieux, ayant choisi leur adversaire et déterminé leur objectif».

C'était bien l'opinion du général De Gaulle. Néanmoins, lorsque, le 1er janvier 1942, Jean Moulin fut parachuté en France, la Résistance n'était encore qu'un désordre de courage : une presse clandestine, une source d'informations, une conspiration pour rassembler ces troupes qui n'existaient pas encore. Or, ces informations étaient destinées à tel ou tel allié, ces troupes se lèveraient lorsque les Alliés débarqueraient. Certes, les résistants étaient des combattants fidèles aux Alliés. Mais ils voulaient cesser d'être des Français résistants, et devenir la Résistance française.

C'est pourquoi Jean Moulin est allé à Londres. Pas seulement parce que s'y trouvaient des combattants français (qui eussent pu n'être qu'une légion), pas seulement parce qu'une partie de l'empire avait rallié la France libre. S'il venait demander au général De Gaulle de l'argent et des armes, il venait aussi lui demander «une approbation morale, des liaisons fréquentes, rapides et sûres avec lui». Le Général assumait alors le Non du premier jour ; le maintien du combat, quel qu'en fût le lieu, quelle qu'en fût la forme ; enfin, le destin de la France.

La force des appels de juin [1940] tenait moins aux «forces immenses qui n'avaient pas encore donné», qu'à : "Il faut que la France soit présente à la victoire. Alors, elle retrouvera sa liberté et sa grandeur." La France, et non telle légion de combattants français. C'était par la France libre que les résistants de Bir Hakeim se conjuguaient, formaient une France combattante restée au combat. Chaque groupe de résistants pouvait se légitimer par l'allié qui l'armait et le soutenait, voire par son seul courage ; le général de Gaulle seul pouvait appeler les mouvements de Résistance à l'union entre eux et avec tous les autres combats, car c'était à travers lui seul que la France livrait un seul combat.

C'est pourquoi - même lorsque le président Roosevelt croira assister à une rivalité de généraux ou de partis - l'armée d'Afrique, depuis la Provence jusqu'aux Vosges, combattra au nom du gaullisme comme feront les troupes du Parti communiste. C'est pourquoi Jean Moulin avait emporté, dans le double fond d'une boîte d'allumettes, la microphoto du très simple ordre suivant : «M. Moulin a pour mission de réaliser, dans la zone non directement occupée de la métropole, l'unité d'action de tous les éléments qui résistent à l'ennemi et à ses collaborateurs». Inépuisablement, il montre aux chefs des groupements le danger qu'entraînerait le déchirement de la Résistance entre des tuteurs différents. Chaque événement capital - entrée en guerre de la Russie, puis des États-Unis, débarquement en Afrique du Nord - renforce sa position.

À partir du débarquement, il devient évident que la France va redevenir un théâtre d'opérations. Mais la presse clandestine, les renseignements (même enrichis par l'action du noyautage des administrations publiques) sont à l'échelle de l'Occupation, non de la guerre. Si la Résistance sait qu'elle ne délivrera pas la France sans les Alliés, elle n'ignore plus l'aide militaire que son unité pourrait leur apporter. Elle a peu à peu appris que s'il est relativement facile de faire sauter un pont, il n'est pas moins facile de le réparer ; alors que s'il est facile à la Résistance de faire sauter deux cents ponts, il est difficile aux Allemands de les réparer à la fois. En un mot, elle sait qu'une aide efficace aux armées de débarquement est inséparable d'un plan d'ensemble. Il faut que sur toutes les routes, sur toutes les voies ferrées de France, les combattants clandestins désorganisent méthodiquement la concentration des divisions cuirassées allemandes. Et un tel plan d'ensemble ne peut être conçu, et exécuté, que par l'unité de la Résistance.

C'est à quoi Jean Moulin s'emploie jour après jour, peine après peine, un mouvement de Résistants après l'autre : «Et maintenant, essayons de calmer les colères d'en face...» Il y a, inévitablement, les problèmes de personnes ; et bien davantage, la misère de la France combattante, l'exaspérante certitude pour chaque maquis ou chaque groupe franc, d'être spolié au bénéfice d'un autre maquis ou d'un autre groupe, qu'indignent, au même moment, les mêmes illusions... Qui donc sait encore ce qu'il fallut d'acharnement pour parler le même langage à des instituteurs radicaux ou réactionnaires, des officiers réactionnaires ou libéraux, des trotskistes ou communistes retour de Moscou, tous promis à la même délivrance ou à la même prison ; ce qu'il fallut de rigueur à un ami de la République espagnole, à un ancien "préfet radical", chassé par Vichy, pour exiger d'accueillir dans le combat commun tels rescapés de la Cagoule !

Jean Moulin n'a nul besoin d'une gloire usurpée : ce n'est pas lui qui a créé Combat, Libération, Franc-tireur, c'est Frenay, d'Astier, Jean-Pierre Lévy. Ce n'est pas lui qui a créé les nombreux mouvements de la zone Nord dont l'histoire recueillera tous les noms. Ce n'est pas lui qui a fait les régiments mais c'est lui qui a fait l'armée. Il a été le Carnot de la Résistance.

Attribuer peu d'importance aux opinions dites politiques, lorsque la nation est en péril de mort - la nation, non pas un nationalisme alors écrasé sous les chars hitlériens, mais la donnée invincible et mystérieuse qui allait emplir le siècle ; penser qu'elle dominerait bientôt les doctrines totalitaires dont retentissait l'Europe ; voir dans l'unité de la Résistance le moyen capital du combat pour l'unité de la nation, c'était peut-être affirmer ce qu'on a, depuis, appelé le gaullisme. C'était certainement proclamer la survie de la France.

En février, ce laïc passionné avait établi sa liaison par radio avec Londres, dans le grenier d'un presbytère. En avril, le Service d'information et de propagande, puis le Comité général d'études étaient formés ; en septembre, le noyautage des administrations publiques. Enfin, le général de Gaulle décidait la création d'un Comité de coordination que présiderait Jean Moulin, assisté du chef de l'Armée secrète unifiée. La préhistoire avait pris fin. Coordonnateur de la Résistance en zone Sud, Jean Moulin en devenait le chef.

En janvier 1943, le Comité directeur des Mouvements unis de la Résistance (ce que, jusqu'à la Libération, nous appellerions les Murs) était créé sous sa présidence. En février, il repartait pour Londres avec le général Delestraint, chef de l'Armée secrète, et Jacques Dalsace. De ce séjour, le témoignage le plus émouvant a été donné par le colonel Passy. «Je revois Moulin, blême, saisi par l'émotion qui nous étreignait tous, se tenant à quelques pas devant le Général et celui-ci disant, presque à voix basse : “Mettez-vous au garde-à-vous”, puis : “Nous vous reconnaissons comme notre compagnon, pour la libération de la France, dans l'honneur et par la victoire”. Et pendant que de Gaulle lui donnait l'accolade, une larme, lourde de reconnaissance, de fierté, et de farouche volonté, coulait doucement le long de la joue pâle de notre camarade Moulin. Comme il avait la tête levée, nous pouvions voir encore, au travers de sa gorge, les traces du coup de rasoir qu'il s'était donné, en 40, pour éviter de céder sous les tortures de l'ennemi». Les tortures de l'ennemi... En mars, chargé de constituer et de présider le Conseil national de la Résistance, Jean Moulin monte dans l'avion qui va le parachuter au nord de Roanne.

Ce Conseil national de la Résistance, qui groupe les mouvements, les partis et les syndicats de toute la France, c'est l'unité précairement conquise, mais aussi la certitude qu'au jour du débarquement, l'armée en haillons de la Résistance attendra les divisions blindées de la Libération.

Jean Moulin en retrouve les membres, qu'il rassemblera si difficilement. Il retrouve aussi une Résistance tragiquement transformée. Celle là, elle avait combattu comme une armée, en face de la victoire, de la mort ou de la captivité. Elle commence à découvrir l'univers concentrationnaire, la certitude de la torture. Désormais elle va combattre en face de l'enfer. Ayant reçu un rapport sur les camps de concentration, il dit : «J'espère qu'ils nous fusillerons avant». Ils ne devaient pas avoir besoin de le fusiller.

La Résistance grandit, les réfractaires du travail obligatoire vont bientôt emplir nos maquis ; la Gestapo grandit aussi, la Milice est partout. C'est le temps où, dans la campagne, nous interrogeons les aboiements des chiens au fond de la nuit ; le temps où les parachutes multicolores, chargés d'armes et de cigarettes, tombent du ciel dans la lueur des feux des clairières ou des causses ; c'est le temps des caves, et de ces cris désespérés que poussent les torturés avec des voix d'enfants... La grande lutte des ténèbres a commencé.

Le 27 mai 1943, a lieu à Paris, rue du Four, la première réunion du CNR.

Jean Moulin rappelle les buts de la France libre : «Faire la guerre ; rendre la parole au peuple français ; rétablir les libertés républicaines ; travailler avec les Alliés à l'établissement d'une collaboration internationale».

Puis il donne lecture d'un message du général De Gaulle, qui fixe pour premier but au premier Conseil de la Résistance, le maintien de l'unité de cette Résistance qu'il représente.

Au péril quotidien de la vie de chacun de ses membres. Le 9 juin, le général Delestraint, chef de l'Armée secrète enfin unifiée, est pris à Paris.

Aucun successeur ne s'impose. Ce qui est fréquent dans la clandestinité : Jean Moulin aura dit maintes fois avant l'arrivée de Serreules : «Si j'étais pris, je n'aurais pas même eu le temps de mettre un adjoint au courant...» Il veut donc désigner ce successeur avec l'accord des mouvements, notamment de ceux de la zone Sud. Il rencontrera leurs délégués le 21, à Caluire.

Ils l'y attendent, en effet.

La Gestapo aussi.

La trahison joue son rôle - et le destin, qui veut qu'aux trois quarts d'heure de retard de Jean Moulin, presque toujours ponctuel, corresponde un long retard de la police allemande. Assez vite, celle-ci apprend qu'elle tient le chef de la Résistance.

En vain. Le jour où, au fort Montluc à Lyon, après l'avoir fait torturer, l'agent de la Gestapo lui tend de quoi écrire puisqu'il ne peut plus parler, Jean Moulin dessine la caricature de son bourreau. Pour la terrible suite, écoutons seulement les mots si simples de sa sœur : «Son rôle est joué, et son calvaire commence. Bafoué, sauvagement frappé, la tête en sang, les organes éclatés, il atteint les limites de la souffrance humaine sans jamais trahir un seul secret, lui qui les savait tous».

Comprenons bien que, pendant les quelques jours où il pourrait encore parler ou écrire, le destin de la Résistance est suspendu au courage de cet homme. Comme le dit Mademoiselle Moulin, il savait tout.

Georges Bidault prendra sa succession. Mais voici la victoire de ce silence atrocement payé : le destin bascule. Chef de la Résistance martyrisé dans des caves hideuses, regarde de tes yeux disparus toutes ces femmes noires qui veillent nos compagnons : elles portent le deuil de la France, et le tien. Regarde glisser sous les chênes nains du Quercy, avec un drapeau fait de mousselines nouées, les maquis que la Gestapo ne trouvera jamais parce qu'elle ne croit qu'aux grands arbres. Regarde le prisonnier qui entre dans une villa luxueuse et se demande pourquoi on lui donne une salle de bains - il n'a pas encore entendu parler de la baignoire. Pauvre roi supplicié des ombres, regarde ton peuple d'ombres se lever dans la nuit de juin constellée de tortures.

[Voici le fracas des chars allemands qui remontent vers la Normandie à travers les longues plaintes des bestiaux réveillés : grâce à toi, les chars n'arriveront pas à temps. Et quand la trouée des Alliés commence, regarde, préfet, surgir dans toutes les villes de France les commissaires de la République - sauf lorsqu'on les a tués. Tu as envié, comme nous, les clochards épiques de Leclerc : regarde, combattant, tes clochards sortir à quatre pattes de leurs maquis de chênes, et arrêter avec leurs mains paysannes formées aux bazookas l'une des premières divisions cuirassées de l'empire hitlérien, la division Das Reich.]

Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d'exaltation dans le soleil d'Afrique, entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi ; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé ; avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses ; avec les huit mille Françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l'un des nôtres. Entre, avec le peuple né de l'ombre et disparu avec elle - nos frères dans l'ordre de la Nuit... Commémorant l'anniversaire de la Libération de Paris, je disais : «Écoute ce soir, jeunesse de mon pays, ces cloches d'anniversaire qui sonneront comme celles d'il y a quatorze ans. Puisses-tu, cette fois, les entendre : elles vont sonner pour toi».

L'hommage d'aujourd'hui n'appelle que le chant qui va s'élever maintenant, ce Chant des partisans que j'ai entendu murmurer comme un chant de complicité, puis psalmodier dans le brouillard des Vosges et les bois d'Alsace, mêlé au cri perdu des moutons des tabors, quand les bazookas de Corrèze avançaient à la rencontre des chars de Rundstedt lancés de nouveau contre Strasbourg.

Écoute aujourd'hui, jeunesse de France, ce qui fut pour nous le Chant du Malheur. C'est la marche funèbre des cendres que voici. À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées. Aujourd'hui, jeunesse, puisses-tu penser à cet homme comme tu aurais approché tes mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n'avaient pas parlé ; ce jour-là, elle était le visage de la France...

André Malraux

555_1031_image_jaures_malraux
dernière page du discours de Malraux

jeanmoulin
 à Béziers

jean_moulin_1
 Jean Moulin, étudiant

moulin
 Jean Moulin (1899-1943)

jean_moulin_02
la villa à Calluire, lieu de l'arrestation le 21 juin 1943



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 mai 2009

Décriminaliser l'identité nationale (Mathieu Bock-Côté)

armoiries_du_quebec



Décriminaliser l'identité nationale

Mathieu BOCK-CÔTÉ (Québec)

La question du voile ferait resurgir le «vieux fond xénophobe» des Québécois. C'est ainsi que Michèle Ouimet a réagi au débat très vif qui a suivi la récente prise de position de la Fédération des femmes du Québec sur la question.

Cette formule, aussi banale que virulente, est symptomatique du préjugé médiatique contre l'identité nationale, qui assimile systématiquement la critique du multiculturalisme à une manifestation de xénophobie, voire, de racisme.

S'il ne s'agissait que d'une déclaration un peu gauche et malheureuse, il n'y aurait nul besoin de s'y attarder. Mais tel n'est justement pas le cas tant cette formule est révélatrice de la rupture entre certaines élites et les classes moyenne et populaire autour de la question de l'identité nationale.

Au sommet de notre société, et surtout dans les milieux qui se disent évolués, le multiculturalisme a la valeur d'un dogme, d'une évidence. Au nom de la diversité, on célèbre un Québec pluriel où l'héritage historique majoritaire n'en serait plus qu'un parmi d'autres dans une nouvelle synthèse identitaire s'accomplissant dans les chartes de droits et l'universalisme progressiste qu'elles incarneraient.

Cette vision s'accompagne d'un rapport pénitentiel à l'histoire occidentale, et par là, de l'histoire québécoise. Jusqu'aux années 60, cette histoire aurait été traversée par le démon de l'intolérance, du refus de l'autre - de là le vieux fond xénophobe qu'il faudrait liquider. Mais le multiculturalisme, à la manière d'un génie rédempteur, réaffirmerait la promesse égalitaire des sociétés modernes et devrait pour cela être assimilé à une dynamique émancipatrice.

C'est à partir de cette sensibilité que l'intelligentsia se permet de disqualifier moralement ceux qui ne célèbrent pas l'avènement du multiculturalisme d'État. On l'a vu avec la controverse des accommodements raisonnables, l'immense majorité de la population entretient un rapport critique envers le multiculturalisme et souhaite une restauration de l'identité nationale comme norme d'intégration pour les nouveaux arrivants.

De ce point de vue, le Québec n'est pas une page blanche et l'intégration des immigrants à l'identité nationale relève moins des chartes de droits que de l'adhésion à une communauté de mémoire et de culture. De ce point de vue, surtout, tous les symboles religieux ne sont pas équivalents dans l'ordre symbolique et la conjugaison d'une certaine laïcité avec la défense du patrimoine historique du Québec ne doit pas être perçue comme une mesure discriminatoire envers les communautés culturelles.

fete7bk2

La tension entre le multiculturalisme des élites et le nationalisme de sens commun des classes moyenne et populaire est constitutive de l'espace politique des sociétés contemporaines. Devant cette réalité, les élites ont deux choix. Elles peuvent reconnaître la distance exagérée de leur sensibilité idéologique avec celle de la société qu'elles prétendent éclairer et se questionner sur leurs préjugés contre l'identité nationale.

Elles peuvent aussi assimiler la persistance du sentiment national à une pathologie identitaire et en appeler, à grand renfort de politiques de «lutte au racisme» et «d'éducation à la différence», à la reconstruction multiculturelle de l'identité collective pour l'évider de son particularisme historique. C'est évidemment ce second choix qui est privilégié de manière systématique.

L'espace public québécois est enfermé dans le dispositif du politiquement correct, qui traduit systématiquement le malaise populaire devant l'enthousiasme hypermoderne des élites dans le langage de l'intolérance. Il serait temps d'assainir le langage politique pour que cesse la criminalisation de l'identité nationale. Ceux qui se réclament du multiculturalisme permettraient ainsi un débat raisonnable sur la question qui n'est quand même pas vaine ni illégitime de la perpétuation de l'identité nationale sans crier toujours à la xénophobie ou au racisme.

Mathieu Bock-Côté (Québec)
source (21 mai 2009)

bock

- l'auteur est candidat au doctorat en sociologie à l'UQAM (université du Québec à Montréal), auteur de La dénationalisation tranquille, éd. Boréal (Québec), 2007.






807114_968078
avec la victoire électorale du Parti Québecois, la devise du Québec, "Je me souviens",
figure sur les plaques d'immatriculation depuis 1978

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 mai 2009

"à toutes les gloires de la nation" (Michel Renard)

4_20090319180327
guerre_sans_dentelle
exposition "La guerre sans dentelles"




quelle relecture ?

à propos de l'exposition "La guerre sans dentelles"

Michel RENARD

L'idée de cette exposition est le principe du "pendant photographique". On interroge le tableau par l'apposition d'une image qui entretient avec lui un rapport de similarité. Exemple, l'entrée d'Henri IV à Paris en 1594 et celle de De Gaulle dans cette même ville en août 1944.

Ou un rapport d'analogie comme celui qui existe entre la prise de Valenciennes par Louis XIV et la sortie des tranchées au cours de la Première Guerre mondiale : la poussée des mousquetaires dans un cas, la charge des fantassins dans l'autre.

Ou encore un rapport thématique (?) comme le parallèle entre la bataille de Friedland (1807) où l'on présente à Napoléon des prisonniers russes, un canon pris à l'adversaire et le cadavre d'un officier ennemi, et cette célèbre photo d'enfants vietnamiens courant devant des soldats américains ou sud-vietnamiens après un bombardement au napalm (8 juin 1972) : dans les eux cas, on voit une espèce d'indifférence face à la douleur Napoléon regarde ailleurs et les Gi's ne se préoccupent absolument pas des enfants.

Parvient-on, pour autant, à "interroger notre histoire et ses représentations et à se poser la question du rapport entre l’événement et l’image médiatique", comme l'ambitionnent les concepteurs de cette exposition...?

Au risque de paraître simpliste, je rappellerai ceci. L'image médiatique, tableau ou photo, doit d'abord être interrogée au regard du double événement constitué par le fait de référence (moment et circonstances historiques du sujet représenté) et le(s) fait(s) de contexte (moment de la réalisation de l'oeuvre, et moment de son usage politico-muséographique). Trois focales chronologiques en quelque sorte. Ce questionnement est la première source de "lecture" des images.

une intelligibilité encore possible ?

C'est un travail de ce genre que Joël Cornette propose aux lecteurs de son ouvrage Le roi de guerre (1993), particulièrement dans ses chapitres "Versailles, temple du roi de guerre" et "la guerre-spectacle de Louis le Grand". Le programme iconographique de la galerie des Glaces devait représenter les campagnes militaires des guerres de Dévolution et de Hollande, écrit Joël Cornette. Et Colbert recommanda de "n'y rien faire entrer qui ne fust conforme à la vérité" (p. 241)

Sous Louis-Philippe, qui fut le créateur politique de la galerie des Batailles, la relation entre l'oeuvre imaginée par l'artiste et la réalité factuelle peut être assumée explicitement par l'auteur du tableau. On sait, par exemple, que le peintre Horace Vernet refusa d'exécuter un épisode dont la réalité historique n'était pas prouvée (la présence physique du Roi lors de l'entrée dans la place-forte de Valenciennes en 1677). La charge artistique échut à Jean Alaux qui accepta de peindre la Prise de Valenciennes.

"Porter un regard plus attentif" sur les tableaux de la galerie des Batailles exigerait que le factuel auquel ils renvoient soit un minimum connu. Mais la dévaluation de l'histoire positiviste, l'anathème lancé contre le continuum chronologique, l'opprobre jetée sur l'identité nationale interdisent toute intelligibilité de ces toiles. On ne les regarde (?) plus que comme les témoins d'un imaginaire national - ce qu'elles sont aussi - en négligeant la part de réalité historique qu'elles évoquent.

Michel Renard

_________________________________________________________


relire la "galerie des Batailles"

de Versailles

au Château de Versailles
Galerie des Batailles
du 12 mai au 6 septembre 2009

Versailles_galerie_bataillesDans le cadre d’une remise en perspective du Musée de l’Histoire de France et de sa réouverture au public, l’exposition La guerre sans dentelles, présentée dans la galerie des Batailles du 12 mai au 7 septembre 2009, confronte peintures et photographies sur le thème de l’image de guerre. Des clichés emblématiques de la photographie de guerre et du photojournalisme prises dans le monde entier seront confrontés aux 33 scènes de batailles de la galerie. Cette confrontation invitera le visiteur à mener une véritable réflexion sur la force et le statut de l’image. Existe-t-il une «vérité» photographique ? Comment l’image devient-elle symbole et icône ? Les reconstitutions filmiques de la peinture sont-elles plus trompeuses que nos reportages actuels ? Ceux-ci sont-ils plus objectifs ?

La galerie des Batailles, installée sur toute la longueur du premier étage de l’aile du Midi, est aménagée par Louis-Philippe en 1837 lorsqu’il crée à Versailles un musée consacré «à toutes les gloires de la France». Véritable construction d’une identité nationale en images, les 33 tableaux qui couvrent ses murs, commandés aux artistes les plus célèbres de l’époque, parmi lesquels saint Louis à la Bataille de Taillebourg par Eugène Delacroix, l’Entrée d’Henri IV à Paris par François Gérard, la Bataille de Fontenoy par Horace Vernet, retracent les épisodes les plus significatifs de l’histoire militaire française, de ses victoires.

1528083323_117e7a0998
Bataille de Bouvines, 27 juillet 1214

De Tolbiac (496) à Wagram (1809), ce parcours en images illustre les plus grands noms du passé français mais aussi européen : Clovis, Charlemagne, Saint-Louis, François Ier, Henri IV, Louis XIV, Napoléon, et au milieu de tous ces personnages, l’aide apportée à l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique.

La galerie des Batailles montre comment une série de sacrifices et de faits de gloire ont resserré le lien national. Les murs sont d’ailleurs ornés des listes de chefs morts au combat. La guerre était un moyen à l’époque de souder l’ensemble de la société dans un projet politique commun.

Cette histoire de France est très datée et on peut se demander comment elle est perçue par un public du XXIe siècle, de surcroît largement international. Mais, ces collections demeurent un élément important de notre imaginaire collectif. On retrouve cette vision irréaliste dans de nombreuses imageries populaires, les illustrations des livres de classe, les bandes dessinées ou encore les films.

Chaque peinture reçoit, durant l’exposition, son pendant photographique, complémentaire ou en opposition. Le but est d’inciter le visiteur à s’interroger et à porter un regard beaucoup plus attentif, à enquêter (en famille, en classe, en couple…) visuellement sur l’image. Le regard croisé entre les clichés et les toiles donne lieu à une lecture dynamique et inédite de l’un et l’autre des supports et de l’histoire elle-même. L’exposition tisse un dialogue original autour d’axes thématiques, de points de rencontres, et ainsi amène le public à une prise de conscience nouvelle de ce qu’il regarde.

3ad5a3ea_444c_11de_ba72_9a434db1a8c2


Les clichés présentés en regard des toiles marquent à la fois des temps forts de l’histoire mondiale depuis le XIXe siècle et de l’histoire de la photographie de guerre. Faisant se côtoyer des vues célèbres et d’autres inconnues, à chaque fois un agrandissement «fait image» face à la peinture géante et, en vitrine, est présentée un des premiers modes de perception de cette photographie, tirage d’époque, parution dans un journal, carte postale, circulation sur le Net…

Les photographies retenues balaient les XIXe, XXe et XXIe siècles, du cliché le plus ancien (une Vue de la Bataille de Gettysburg par Timothy O’Sullivan datée de 1863 pendant la guerre de Sécession américaine, venue spécialement du musée George Eastman à Rochester aux Etats-Unis), au plus récent, pris en République Centrafricaine par Frédéric Sautereau et publié dans Le Monde 2 le 10 mars 2007.

À la diversité des époques, des lieux et des supports (Vu, Life, Paris-Match…mais aussi la bande dessinée avec Le Photographe sur l’Afghanistan) s’ajoutent la diversité des signatures – anonymes, artistes ou grands noms du photojournalisme comme Robert Capa, Marc Riboud, Henri Cartier-Bresson, Don Mc Cullin, etc.

Voilà l’occasion pour tous les publics de venir «relire» ces peintures de bataille, tout en découvrant des aspects de l’histoire mondiale du photoreportage. Voilà l’occasion d’inciter à regarder autrement, à interroger notre histoire et ses représentations et à se poser la question du rapport entre l’événement et l’image médiatique.

source

bataille_iena_napoleon
La Bataille d'Iéna, gagnée contre les Prussiens par l'empereur Napoléon
le 14 octobre 1806 ; elle lui ouvrit la route de Berlin

 

Commissaire de l'exposition
Laurent Gervereau,
historien et historien d’art, président de l’Institut des images

Catalogue de l'exposition
La Guerre sans dentelles
165 x 225 mm, broché à rabats, 128 pages, 81 illustrations
prix : 25 €
Coédition Éditions du château de Versailles/Skira-Flammarion

9782081227590FS

Informations pratiques
L’exposition sera ouverte tous les jours, sauf le lundi, de 9h à 18h30.
Tarifs : 15 € (visite du Château + exposition)
Tarif réduit : 13,50 €

galeriedesbataillesversaill

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 mai 2009

«la légitimité démocratique doit d'abord exister en tant que légitimité nationale»

quebec

 

Bock-Côté contre les fossoyeurs

de la nation

Louis CORNELLIER (Québec)

 

bockLe jeune homme, doctorant en sociologie, préparait son coup depuis quelques années. On le voyait, l'entendait et le lisait de plus en plus souvent, sur différentes tribunes, savantes ou populaires, toujours à s'insurger contre un certain progressisme identitaire, contre le virage civique du nationalisme québécois sur la défensive. Intellectuel hyperactif se réclamant de la tradition conservatrice, au sens philosophique du terme, Mathieu Bock-Côté, notamment dans les pages de L'Action nationale, critiquait sans relâche les élites souverainistes qui avaient peur de leur ombre nationale.


refaire du souverainisme un nationalisme et du nationalisme un souverainisme

L'essai qu'il nous offre, aujourd'hui, relève du coup d'éclat. Brillant, intense et puissamment polémique, La Dénationalisation tranquille, en effet, est un ouvrage qui fera date dans l'histoire du débat sur la question nationale. Virulente charge menée contre un souverainisme dénationalisé et multiculturel, il se veut une invitation pressante à «refaire du souverainisme un nationalisme et du nationalisme un souverainisme».

Depuis 1995, écrit Bock-Côté, «les élites souverainistes sont devenues sensibles à la moindre accusation d'ethnocentrisme dans la définition du "nous" national». En 1996, la direction du PQ refusait de restaurer la Charte de la langue française et qualifiait de «radicaux» ses membres qui plaidaient dans le sens contraire. En 1999, le Bloc québécois rejetait la notion des deux peuples fondateurs, trop ethnique, culturelle et historique à son goût.

En 2000, les élites souverainistes participaient à la condamnation nationale d'un des leurs, Yves Michaud, pour des propos «au sujet du vote référendaire des minorités ethniques». L'heure était venue, écrivait l'intellectuel Claude Bariteau dans cette logique, d'en finir avec «l'orientation culturelle du projet souverainiste afin de faire election_quebecdisparaître les derniers irritants qu'elle véhicule eu égard à une conception civique du Québec de demain».

Mais comment, dans ces conditions, justifier la lutte souverainiste, ainsi coupée de sa mémoire et de son histoire nationale ? Le Canada ne constitue-t-il pas déjà une telle nation civique ? À cette critique, explique Bock-Côté, les élites souverainistes ont répondu par un nouvel argumentaire à saveur sociale et idéologique.

L'identité québécoise, ont-elles affirmé, repose sur des valeurs progressistes. En ce sens, «la cohabitation des deux nations n'est plus possible, l'identité nationale progressiste des Québécois entrant en contradiction avec l'identité nationale conservatrice du Canada anglais». Ce souverainisme dénationalisé, remarque Bock-Côté, «aura mis la table du souverainisme marginalisé». Plus encore, il prépare une dépression collective pour la communauté franco-québécoise en la vidant de tout projet.

Comme l'écrit Régis Debray, «pas de projet sans patrimoine commun, et pas de patrimoine commun sans volonté commune». C'est dire, précise Bock-Côté, que «la légitimité démocratique est insuffisante en elle-même et doit d'abord exister en tant que légitimité nationale». Tout projet politique, en d'autres termes, suit la reconnaissance d'une communauté nationale de mémoire et de culture qui lui donne sa cohésion. «Il faut aux hommes, écrit l'essayiste, la conviction d'appartenir à une communauté d'histoire qui leur survivra pour consentir à la décision majoritaire lorsqu'ils n'y souscrivent pas et reconnaître au-delà des divisions sociales un bien commun, un intérêt public [...].»

Autrement dit, on ne fait pas une société sur du vide historique et culturel. Sans le relais partagé de la nation, la société se délite dans une sorte de guerre civile de basse intensité, selon les mots du penseur conservateur John O'Sullivan.

 

le paradoxe de Gérard Bouchard

Comment, cela étant, créer de la cohésion sociale dans une société pluraliste comme le Québec d'aujourd'hui? C'est là le projet auquel s'est attelé Gérard Bouchard, il y a quelques années, c'est-à-dire, selon Bock-Côté, «préserver la possibilité d'une histoire nationale malgré l'apparition de la société des identités qui cherche à se mettre en récit». Pour ce faire, l'historien a suggéré une sorte de déconstruction de l'histoire nationale canonique visant à la décentrer par rapport à l'héritage canadien-français. Il s'agissait d'«ouvrir le cercle de la nation» pour y faire entrer ceux que la tradition avait laissés en marge. Cette réécriture de l'histoire du Québec, commente Bock-Côté, exigeait de «se trouver coupables de crimes contre l'altérité dans les pratiques de construction de la nation telles qu'on peut les retracer au long de l'histoire».

port_montreal_aggrandi

Le problème de cette démarche, explique l'essayiste, est qu'elle acquiesce à un multiculturalisme qui n'est pas tant la reconnaissance d'un fait qu'une machine de guerre idéologique, une sorte de marxisme recyclé dans le champ culturel, visant à terrasser la nation, perçue comme la cause de toutes les injustices. «L'histoire nationale et le pluralisme identitaire sont antithétiques, écrit Bock-Côté. L'historien qui endosse ce programme ne peut plus prétendre travailler à remodeler la conscience historique de son peuple, parce qu'il rejette alors l'idée nationale dans son principe même [...]. Une société dispersée n'est plus une nation, même si certains acrobates de l'esprit cherchent à tenir en équilibre deux notions faites pour entrer en conflit.» Bock-Côté emploie donc le vocabulaire bouchardien et qualifie l'historien de «penseur fragmentaire, équivoque».

Il sera encore plus sévère à l'endroit de Jocelyn Létourneau qui, selon lui, veut «penser le Québec après le nationalisme», dans une perspective non nationale, sous prétexte que «les historiens nationalistes auraient créé un imaginaire de l'échec». Les Québécois, écrit Bock-Côté, résistent à cette disqualification historiographique du fait national et ils ont raison. «Il est bien possible, ajoute-t-il, que le communautarisme franco-québécois soit moins plastique que ne le prétendent les ingénieurs identitaires.» La vérité, en cette matière, a ses droits, mais, pour parler comme Dumont, elle ne peut négliger le critère de la pertinence, et «la pertinence québécoise est une pertinence nationaliste» qui perçoit l'histoire «comme une vaste entreprise de reprise en main collective».

 

penser à l'abri du pluralisme

C'est ce qu'ont compris, selon Bock-Côté, des auteurs comme Pierre Duchesne, Pierre Godin, Jean-François Lisée et Normand Lester, dont les récents travaux s'inscrivent dans la tradition de l'interprétation nationaliste de notre histoire. «Une histoire biographique, précise l'essayiste, qui donne son importance aux hommes, une histoire centrée sur la question nationale, qui y voit le premier drame du récit québécois, une histoire politique, repérable à la surface du social.» Contrairement à nos historiens universitaires, ces journalistes n'auraient pas perdu la mémoire et n'hésiteraient pas, en s'inspirant de Maurice Séguin, à «penser à l'abri du pluralisme» en renouant avec le désir d'achèvement des Franco-Québécois.

Élégant styliste et penseur supérieurement intelligent, Bock-Côté, qui n'a pas 30 ans, signe ici un essai important et roboratif qui va mettre le feu aux poudres. En faisant l'impasse sur le pluralisme identitaire - il le congédie au nom «d'un gaullisme à la québécoise, existentiel et intellectuel» - et en jouant le sens commun populaire contre les élites, il s'expose en effet à une volée de bois vert. Il est capable d'en prendre.

Le Devoir, 6 et 7 octobre 2007
source

295511

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 mai 2009

«le Québec n'est pas une page blanche» (Mathieu Bock-Côté)

295511


nationalisme québécois

le Québec n'est pas une page blanche

La Dénationalisation tranquille
Mathieu Bock-Côté. Éditions du Boréal, 2007, 216 pages. 22,95 $

présentation de l'éditeur

Depuis quelques années, on a dit de l’identité québécoise qu’elle s’est métamorphosée, qu’elle n’est plus héritière du parcours historique de la majorité francophone. Partout résonne un discours plaidant, au nom du multiculturalisme et d’une ouverture à l’autre, pour le dépassement de la mémoire nationale comme espace de rassemblement de la société québécoise.

Pourtant, de nombreux indices, dont la controverse entourant les accommodements raisonnables, laissent croire que les Québécois sont encore attachés à une définition historique et existentielle de leur identité nationale.

Dans La Dénationalisation tranquille, Mathieu Bock-Côté analyse la diffusion d’une mauvaise conscience qui aura convaincu la pensée québécoise de se redéfinir en dehors des raisons fortes qui l’avaient traditionnellement alimentée. À travers l’étude des acteurs politiques et des historiens qui ont contribué à forger la culture politique postréférendaire, en particulier Jocelyn Létourneau et Gérard Bouchard, il cherche à voir comment cette tentative de transformation de l’identité nationale aura été menée et comment elle se sera soldée, selon lui, par un échec.

Cette étude en forme d’essai permettra de mieux comprendre la culture politique postréférendaire, tout en ouvrant la réflexion sur une reconstruction de la conscience collective qui permettra au Québec de retrouver le sens de sa continuité nationale.

bock

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :