Diapositive1



la culture d’excuse est irrecevable

André GÉRIN, député


16 octobre 2008

Chère Marie-George,

À propos des sifflets contre La Marseillaise, lors du match France-Tunisie, la culture d’excuse est irrecevable. Dire : il faut comprendre leur colère, est encore pire car cela ne correspond en rien à la réalité de la gangrène communautariste, des mafias, de l’intégrisme, du combat anti France qui pourrit la vie de nos quartiers, de nos gamins, de nos stades.

Je le dis tout net, je suis en total désaccord avec cette approche, comme j’étais en désaccord avec ceux qui ont parlé de la «révolte» des banlieues, en 2005.

La dérive de la société française nourrit la barbarie, la sauvagerie, ce que j’appelle la société «Orange mécanique», où la violence devient la norme, une violence dont est victime la majorité des ados, des jeunes, des familles populaires.

L’appel au respect des valeurs de la République et de la laïcité dans les quartiers est vital alors que des pans entiers de territoires, de l’espace public sont sous contrôle du communautarisme, que la République, le droit des femmes y sont bafoués.

Le renforcement de la ségrégation urbaine, de la discrimination sociale, l’accroissement du chômage et de la pauvreté, l’usage endémique de la violence ont conduit à la constitution des Ghettos de la République ainsi que je l’ai décrit dans mon livre qui porte ce titre.

Les décisions de la droite et du gouvernement sont dangereuses. Ils se servent des sifflets pour masquer l’indigence de leur politique en direction des cités populaires. Ils savent trouver les milliards pour sauver les financiers mais pas pour restaurer la République dans nos quartiers.

Pour contrer les délires du président Sarkozy, nous devons parler vrai, faire des propositions, mener un combat sans faille contre les mafias, les trafiquants, les intégristes. On ne peut pas dénoncer les talibans en Afghanistan et les ignorer au bas de nos immeubles.

J’aimerais que le PCF et toi-même, ancienne ministre des sports, fassent des propositions aux fédérations, aux clubs, aux associations de supporters, que nous réfléchissions ensemble à la bonne façon de porter les valeurs de la République et de la laïcité, d’encourager la coresponsabilité à tous les étages de la société, de redonner du souffle à l’humanisme pour le «vivre ensemble».

Deux gamins de Vénissieux se sont retrouvés à Guantanamo, en 2002. Ayant été en première ligne, en 2004, pour combattre les propos violents de Bouziane contre les femmes et de demander son expulsion de France, je suis sûr d’une chose : nous devons parler clair, tendre la main aux jeunes de France issus de l’immigration car ils ne se reconnaissent pas dans l’attitude d’une minorité qui les salit et les discrédite.

C’est une question républicaine qui nous renvoie au mariage du drapeau tricolore et du drapeau rouge. J’espère que nous pourrons enfin ouvrir le débat dans le parti. Le Parti communiste français a tout à gagner à mener cette bataille.

Il regagnera ses lettres de noblesse dans les classes populaires tout en agissant de manière efficace pour que la jeunesse de France ait toute sa place dans le pays et soit reconnue comme une chance pour l’avenir. Cette question doit être au cœur de notre stratégie de renversement du capitalisme.

Reçois, Chère Marie-George, mes fraternelles salutations.

André GÉRIN
député, maire de Vénissieux (Rhône)

2008101521422119_Quicklook_original
à propos des sifflets contre La Marseillaise, lors du match France-Tunisie,
la culture d’excuse est irrecevable (André Gérin)

- retour à l'accueil